Evaluation
Précédent

1 de 51

Suivant

Pas d’évaluation pour un travailleur sur trois

Un Belge francophone sur trois (33%) n’a pas bénéficié d’un entretien d’évaluation ou de fonctionnement l’année passée. Voilà ce que révèle une étude de Protime, le spécialiste de la gestion du temps et du personnel, réalisée auprès de plus de 1.000 travailleurs francophones.

"Ce pourcentage est insuffisant. Presque 7 travailleurs sur 10 (68%) se déclarent favorables à une évaluation continue", explique Sophie Henrion, Business Manager chez Protime. À l'heure actuelle, seulement 11% des travailleurs sont évalués sur base permanente.

Supprimer l’entretien d’évaluation annuel classique

À l’approche de la fin de l’année, de nombreux travailleurs belges se préparent pour leur entretien d’évaluation ou de fonctionnement annuel. Plus de quatre travailleurs francophones sur dix (41%) bénéficient tous les ans d’une telle évaluation, souvent en période de fin d’année. Ils sont 15% à se soumettre plusieurs fois par an à un tel entretien.

Toujours en Belgique francophone, l’entretien d’évaluation ou de fonctionnement est un processus continu pour seulement 11% des travailleurs. L’évaluation permanente devrait toutefois être la norme pour tous les travailleurs. Les répondants sont 68% à considérer que leurs performances doivent être évaluées tout au long de l’année.

"Si cela ne tenait qu’à moi, on pourrait supprimer l’entretien d’évaluation annuel classique. Il s’agit généralement d’un processus qui génère beaucoup de stress pour de nombreux travailleurs (40%). Lors de ces conversations, l’accent est souvent mis sur ce qui n’a pas fonctionné alors qu’il est plus motivant de se concentrer sur ce qui se passe bien", poursuit Sophie Henrion, Business Manager chez Protime. "Il n’y a pas non plus de raison d’attendre l’entretien d’évaluation annuel pour donner du feedback. Il est plus efficace d’identifier ce qui se passe bien au quotidien, surtout durant cette période de crise du coronavirus. Les travailleurs d’aujourd'hui souhaitent être coachés en permanence".

Lisez aussi : Que faire en cas d'évaluation négative ?

Moins de bilans a posteriori, davantage d’accent sur les points forts des travailleurs

La fréquence des évaluations n’est pas le seul point d’attention. Leur contenu l’est tout autant. Un entretien d’évaluation ou de fonctionnement qui met seulement l’accent sur les performances passées n’est plus d’actualité. Selon 75% des répondants, l’accent doit davantage être mis sur l’avenir, sur les talents et sur le développement personnel.

Dernier enseignement de l’étude, 42% des répondants estiment que, avant l’entretien d’évaluation, davantage d’informations devraient être recueillies auprès des collègues. "La reconnaissance du travail accompli par les employés doit être ancrée dans la culture d’entreprise. Cela aide non seulement les employeurs à trouver des employés, mais aussi à les motiver et à les fidéliser. Ce n’est qu’ainsi qu’une organisation peut devenir et rester une 'Great Place To Work'", conclut Sophie Henrion.

Quelles sont les règles d’or pour une meilleure évaluation ?

  • L’évaluation doit se faire en permanence, tout au long de l’année.
  • Elle doit s’intéresser davantage aux talents et au développement personnel.
  • L’évaluation doit porter sur les points perfectibles, mais surtout sur les succès et la manière de les pérenniser et de les reproduire.
  • Des informations doivent être recueillies au préalable auprès des collègues.
Lisez aussi : 10 astuces pour faire face aux critiques

(es/eh) - Source : Protime

5 mars 2021
Jobs recommandés
D'autres ont également regardé