Discrimination
Précédent

1 de 64

Suivant
Les femmes sont beaucoup moins souvent sollicitées que les hommes, même en cas de pénurie sur le marché de l’emploi.

Voilà ce qui ressort d’une enquête néerlandaise menée par Intelligence Group. Ce bureau d’étude a analysé la fréquence à laquelle les employés, les jeunes diplômés et les demandeurs d’emplois étaient contactés dans le cadre de leur recherche d’emploi. Alors que 43% des répondants masculins déclarent être approchés au moins une fois par trimestre, il n’est question que de 31% de leurs homologues féminins.

Les recruteurs semblent avoir du mal à embaucher les candidates. Cette relation asymétrique existe dans presque toutes les professions, y compris dans les secteurs où les femmes sont généralement fortement représentées, comme les soins de santé. "Sur les 33 groupes de professions que nous distinguons, onze ont une préférence significative vis-à-vis des hommes. Il n'y a aucun domaine où une situation inverse se produit", explique Geert-Jan Waasdorp de Intelligence Group.

Causes

Jan Waasdorp lui-même n'a pas vraiment d'explication à ce phénomène. Les chercheurs soulignent toutefois que les hommes se profilent mieux et sont également plus faciles à trouver dans les bases de données utilisées par les recruteurs.

Selon le spécialiste des ressources humaines Bas van de Haterd, qui s’étend sur la problématique dans le journal néerlandais FD, les hommes et les femmes se vendent de manière différente. "Un homme est plus susceptible d'exagérer ses propres prestations tandis qu’une femme mettra l'accent sur les performances de son équipe. Le recruteur ne peut pas savoir si elle était une locomotive ou un wagon lors de ses précédentes expériences professionnelles."

(wv/eh/ll) – Source : MARK Magazine

5 février 2020
Jobs recommandés
D'autres ont également regardé