Développement personnel
Précédent

1 de 756

Suivant

Comment devenir pilote en Belgique ?

"Lors de la procédure de sélection, nous regardons principalement comment le candidat réagit lorsque les choses tournent mal. Abandonne-t-il ou, au contraire, essaie-t-il de résoudre les problèmes ? Un bon pilote apprend facilement et rapidement" (Pieter Brantegem, Skywings Flight Training).

Beaucoup de petits garçons et de petites filles rêvent de devenir pilotes. Quelle est la marche à suivre pour être aux commandes d’un Boeing ou d'un Airbus ? Quelles sont les compétences requises et combien cela coûte-t-il ? Pieter Brantegem, employé à l'école de pilotage anversoise Skywings Flight Training, nous donne plus d’informations à ce sujet. "Faut-il vraiment être un expert en mathématiques ? Non, nous ne formons pas des ingénieurs au sein de notre école de pilotage".

Vous devez simplement être âgé de 18 ans (ou 17 ans si vous allez avoir 18 ans cette année) et avoir un diplôme d'études secondaires en poche pour pouvoir commencer une formation de pilote de ligne.

"Que vous ayez étudié le latin et les langues modernes dans l’enseignement général ou l’électromécanique dans l’enseignement technique n’a pas d’importance. En revanche, les personne diplômées de l’enseignement professionnel seront plus difficilement sélectionnées. Dans la procédure de sélection, vos connaissances en mathématiques et en physique seront testées. Ce test est basé sur la matière des quatre premières années de l’enseignement secondaire général mais n’importe qui peut le réussir s’il s’y prépare correctement", explique Pieter Brantegem.

Connaissances nécessaires

Les jeunes de 18 ans qui s'inscrivent à la Skywings Flight Training rêvent généralement de devenir pilote dès leur plus jeune âge. "Mais il y a aussi des gens qui passent d'abord l'université ou une haute école, ou qui travaillent pendant quelques années et économisent pour payer leur formation de pilote. Pour rentrer chez nous, vous devez être âgé de moins de 35 ans car, plus vous vieillissez, moins il est probable que vous puissiez travailler efficacement.

Avant de pouvoir réellement commencer la formation de pilote de ligne, vous subirez un examen approfondi pendant trois jours. "Les candidats passent notamment un test de mathématiques et de physique mais leur connaissance de l'anglais est également testée de manière approfondie car cette langue est utilisée pour communiquer dans le secteur de l'aviation. Nous examinons également la coordination œil-main et œil-pied au travers d'un test d'agilité dans lequel vous devez maintenir une balle entre deux murs à l’aide d’un programme informatique tout en résolvant des problèmes mathématiques en même temps", poursuit Pieter Brantegem.

Pas d'ingénieurs

Ensuite, les candidats sont invités à suivre une première leçon dans un simulateur de vol. "Vous ne devez bien évidemment pas être capable de voler de vos propres ailes. Lors de la procédure de sélection, nous regardons principalement comment le candidat réagit lorsque les choses tournent mal. Abandonne-t-il ou, au contraire, essaie-t-il de résoudre les problèmes ? Un bon pilote apprend facilement et rapidement.

Bon nombre de personnes pensent que les pilotes sont des génies en mathématiques, c’est faux. "Vous avez toutefois besoin de solides connaissances, devez être capable de calcul mentalement rapidement, mais nous ne formons pas d'ingénieurs. La stabilité psychologique et la motivation des candidats sont extrêmement importantes. La formation est tout simplement trop chère pour se dire que l’on arrête au bout d'un an".

Pilotes avec des lunettes

Il existe également de nombreux mythes au sujet des tests médicaux. Pieter Brantegem : "Une bonne santé générale suffit pour débuter en tant que pilote. Vous pouvez même porter des lunettes mais vous devrez vous assurer de toujours avoir des lunettes de rechange à portée de main. Supposons que vôtre paire tombe ou se brise et que vous ayez encore à atterrir, cela peut être compliqué sans lunettes. Le dépistage médical est également à l'agenda des pilotes chaque année.

La durée de la formation à la Skywings Flight Training est d'environ deux à trois ans. "Quiconque se consacre pleinement à la formation prend moins de temps que quelqu'un qui a encore un emploi à temps partiel pour payer sa formation. En quoi consiste exactement une telle formation de pilote ? Cours magistraux, cours à domicile et bien sûr cours de pilotage. L'ensemble de la formation a une structure logique : vous commencez avec un petit avion pour finalement terminer dans un avion à réaction.

Certains pilotes font une partie de leur formation aux États-Unis. "Le carburant y est moins cher et le climat meilleur mais, à Skywings Flight Training, nous n’envoyons pas nos élèves à l’étranger. Il y a autant d'arguments pour et contre ce choix. Oui, vous pouvez voler davantage quand il fait beau mais vous n'apprenez pas à voler par temps européen, c’est-à-dire en cas de pluie".

99.500 euros

Un mythe sur la formation des pilotes qui s’avère vérifié et que cela représente un certain coût. "Comptez 99.500 euros, tout compris", précise Pieter Brantegem. "Piloter des avions et s’entraîner sur des simulateurs en interne n’est pas bon marché. Heureusement, chez Skywings Flight Training, nous octroyons deux bourses par an à des personnes talentueuses dont les revenus sont limités. L'école parraine dès lors une partie de la formation et, en retour, les étudiants travaillent pour nous à temps partiel : lavage d'avions, préparation des horaires de vol…"

Sachez toutefois que cet investissement de taille aboutit souvent sur un salaire décent. "Un pilote novice en Belgique gagne entre 2.000 et 3.500 euros net, toutes primes comprises. N'oubliez pas qu'il faut aussi voler la nuit, les week-ends et les jours fériés. Les pilotes n'ont pas un travail de type 'nine to five'. Ils peuvent voler 900 heures par an et pas plus de 100 heures par mois. Enfin, ce n'est qu'à partir du moment où vous quittez la piste d’atterrissage jusqu'à ce que vous soyez à nouveau garé que les heures sont prises en compte. Les pilotes doivent également s’occuper du travail préparatoire avant leurs vols.

Gagnez-vous votre vie comme il se doit ?Comparez votre salaire avec celui des autres grâce au Baromètre des salaires Jobat

Et qu'en est-il de la sécurité d'emploi d'un pilote ? "Le secteur de l'aviation est fragile. Jusqu'à récemment, il y avait un surplus de pilotes car de nombreux vols ont été annulés pendant la pandémie. La bonne nouvelle et que, après la crise, il y aura à nouveau une pénurie de pilotes. Au Moyen-Orient et aux États-Unis, bon nombre de nouveaux pilotes sont actuellement recrutés et je pense que l'Europe ira bientôt dans la même direction. Mais personne n'a de boule de cristal pour savoir exactement de quoi demain sera fait".

(dt/em)

18 juin 2021
Jobs recommandés
D'autres ont également regardé