Embouteillages Précédent

1 de 70

Suivant

3 astuces pour des trajets efficaces

Deux employés originaires de Flandre occidentale travaillent pour une grande banque à Bruxelles et à Anvers. Ceux-ci nous font part de leurs expériences en matière de trajets.

11 octobre 2019

Partager

<p><em>"La distance ne doit pas être un obstacle pour participer à une réunion" (Frank Guillierme, Belfius).</em></p>

Flexibilité

Faire carrière au siège d’une banque renommée situé au centre du pays, est-ce envisageable si vous habitez en Flandre occidentale ? La réponse est oui. Pas seulement pour une courte expérience professionnelle de quelques années mais bien pour plusieurs décennies. Jobat s'est entretenu avec deux travailleurs du secteur bancaire, dont l'un vit à 100 mètres de la plage à Ostende.

Frank Guillierme est courtraisien et travaille chez Belfius à Bruxelles. Il se considère plutôt comme un globe-trotter. "Je voyage beaucoup pendant mon temps libre. Cela me permet de relativiser lorsque je me déplace de Courtrai à Bruxelles", sourit-il.

Le réveil de Frank sonne à 6h15, il prend le train vers la gare de Bruxelles-Nord et arrive au bureau à 9 heures. Le soir, il essaie d’être de retour à Courtrai pour 19 heures. Il travaille deux jours par semaine à la maison et Belfius est flexible en termes d’heures d’arrivée et de départ au bureau. "C'est un soulagement", affirme Frank. "Cette flexibilité me donne un sentiment de liberté psychologique. Les managers ne gèrent plus leurs employés sur base d’heures de travail prestées. Ils examinent les résultats obtenus et nous travaillons dans une atmosphère de confiance mutuelle."

Conduire les enfants

Wim Pauwels jouit également d'une telle autonomie. Il vit à 100 mètres de la plage d'Ostende mais travaille chez AXA depuis 11 ans. Pendant 6 ans, il prit le train jusqu'à Bruxelles et cela fait maintenant 5 ans qu’il se déplace en voiture pour se rendre à Anvers. "Je ne le regrette pas une seconde ce choix", déclare Wim avec assurance. Tout comme Frank, son travail à la banque lui offre beaucoup de flexibilité. "La liberté de commencer tôt ou tard, mais aussi les avantages financiers qui contribuent au bien-être de ma famille. Enfin, je peux même conduire mon fils à l’école le matin ou le chercher l’après-midi", poursuit-il.

Wim a-t-il déjà consulté des offres d'emploi en Flandre occidentale ? "Non. Dans une grande entreprise comme AXA, les opportunités de carrière sont nombreuses. Les entreprises de cette taille sont peu nombreuses en Flandre occidentale. J’en suis déjà à ma sixième expérience chez AXA, et ce toujours en marketing ou en communication.”

Frank Guillierme admet également ne pas avoir consulté d’offres d’emplois ailleurs. "Les opportunités sont infinies dans une grande banque. Voilà une des raisons pour lesquelles je me rends tous les jours à Bruxelles. J'ai travaillé dans le département des crédits pendant 15 ans pour ensuite diriger des projets et je suis désormais partenaire en ressources humaines depuis 2 ans. Le sentiment de pouvoir toujours saisir une nouvelle opportunité de carrière facilite la délocalisation."

La sensation de distance disparaît

Les deux jours où Frank travaille à la maison, il reste très impliqué dans son travail. "Je prépare des réunions depuis la maison et gère efficacement l'administration. Il m’arrive souvent de converser par vidéo sur Skype. Cette technologie fonctionne parfaitement et est très fiable. La distance n’est pas un obstacle à la participation à une réunion". Frank précise qu’il n’exige pas de travailler un jour fixe par semaine à domicile. Il organise son travail de manière indépendante et définit ensuite le moment le plus opportun pour travailler à distance.

Wim Pauwels

Wim Pauwels travaille de toute façon un jour par semaine à sa maison. Il lui arrive parfois de rester un deuxième jour chez lui mais cela dépend d’une semaine à l’autre. "Si je suis le seul participant à la réunion via Skype, cela n’a aucun intérêt. Le siège de la banque devient de plus en plus un lieu de rencontre et non un lieu de travail."

Et que dire des embouteillages et des trains qui mettent à mal la ponctualité des navetteurs ? "Honnêtement, les travaux prévus sur la connexion Oosterweel me font peur. Je pèse le pour et le contre de mes déplacement une fois par an et faire la navette vaut généralement la peine". Frank est optimiste et espère des progrès technologiques : "Avoir une bonne connexion Internet dans le train pour Bruxelles serait fantastique. Tout comme une voiture autonome ou une plate-forme de mobilité afin de pouvoir voyager le plus efficacement possible."

3 activités utiles si vous faites la navette depuis la Flandre occidentale jusqu’à Bruxelles ou Anvers

1. Réunions en voiture

Wim Pauwels fait du covoiturage tous les lundis avec un collègue d’Ostende pour se rendre à Anvers. Ils parcourent leur semaine de travail, planifient des rendez-vous, discutent de dossiers. Cela vous évite une réunion de 2 heures au bureau. Les autres jours, il passe des appels téléphoniques qui sont restés sans réponse pendant la journée, le tout avec son kit mains libres.

2. Lire

Lisez-vous uniquement des libres pendant les vacances ? Pourquoi ne pas vous y mettre lors de vos déplacements depuis/vers votre lieu de travail ? Frank Guillierme suit de près l'actualité, lit des ouvrages professionnels et prépare sa journée de travail pendant les heures de pointe. Veillez simplement à ne pas vous endormir lors de moments si paisibles.

3. Temps pour soi

En Belgique, il n’y a malheureusement pas encore de wagons silencieux comme aux Pays-Bas. Un long trajet signifie toutefois une heure et demi de temps rien que pour vous. Parcourir votre journée sans être dérangé ou écouter votre musique préférée ? Un remède idéal pour recharger vos batteries !

(eh/ll/gv)

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?