Recherche avancée
Afficher la recherche
Recherches récentes Supprimer

On aura tout vu : un iPad contre un job ?

Pour sortir du lot et surtout décrocher un emploi tant attendu, de nouvelles stratégies fleurissent dans l’imagination des candidats. Fruits d’une grande créativité certes, mais après le buzz, que reste-t-il ? Voici quelques sources d’inspiration…

Utiliser les sites sociaux, monter son réseau et l’entretenir, créer un CV qui décoiffe, l’accompagner d’un bon pâté (hm…), tout ceci fait partie du kit du bon candidat dynamique qui ne veut pas rester sur le carreau et entend faire parler de lui. Aujourd’hui, les uns vont bien plus loin que les autres, et créent une véritable tendance. Quitte peut-être à pousser le bouchon un peu trop loin. Symptômes du malaise que la crise génère sur le marché de l’emploi. Car est-ce encore raisonnable et surtout est-ce payant, à défaut d’être payable ?

Mais où les surenchères vont-elles s’arrêter ?

Le CV original n'est sans doute plus assez original. Les petites douceurs ne sont plus assez douces, le pâté plus assez bon. Alors il semble qu’il faille en remettre une couche et investir dans une action coup de poing, comme un concours avec un prix qui donne le vertige. Histoire de faire parler de soi.

Christopher Pierre, jeune belge de 26 ans, est diplômé d'un Master en Relations Publiques et au chômage. Christophe est un fan de la marque à la pomme. Alors il se dit que seul un iPhone 5 peut motiver son réseau à l’aider dans sa recherche d’emploi. Drôle car en outre, il dit lui-même que les faux concours sont légion sur Facebook…

Rajon Dewan est chercheur d'emploi expérimenté de 31 ans, Il a déjà son actif 7 ans d'expérience en marketing on-line et se passionne pour le Web depuis 1998. Mais ce bagage ne lui suffit visiblement pas pour décrocher son emploi de rêve via les chemins classiques. Ou alors, il a besoin de s’amuser un peu ? Toujours est-il que Rajon n’en est pas à sa première originalité. Il se présente déjà tel un produit à saisir sur eBay. A cela il ajoute encore un jeu concours : un iPad à tout intermédiaire qui lui aura permis de décrocher un CDI de Directeur Marketing Digital.

Mais le constat est amer : en mars de cette année, nos deux candidats n’avaient pas encore trouvé d’emploi grâce à Apple...

De l'argent contre un coup de main

Avant cela, en 2009, Olivier Jorge, étudiant en communication, proposait déjà deux mois du salaire à celui qui lui trouverait un contrat de travail. Sur son profil Facebook, il croyait bon de préciser : « Afin d'éviter toute controverse, je souhaite indiquer que l'idée n'est pas d'acheter un employeur mais de rétribuer pour son effort la personne qui aura déposé ma candidature sur le bureau d'un recruteur... ».

Souci que Jean-Pierre Le Foch, directeur financier de 51 ans au chômage à Paris, ne partage visiblement pas. Après l'envoi de 200 candidatures, il offrait la même année une "prime de 50.000 €" à son nouvel employeur. Ce qui peut revenir à un bon de réduction de salaire.

Jusqu'où payer pour se démarquer ?

Des services payants d’aide à la recherche d’emploi existent depuis longtemps : on peut s’offrir un coach, un expert pour travailler à son CV, sa présentation, voire sa réorientation.

LinkedIn étend ses services payants aux chercheurs d’emploi avec, depuis 2010, une option payante ‘Job Seekers’ pour 14,95 à 35,95€/mois (selon la durée du contrat). Intérêt de la formule : contacter directement chaque membre, savoir qui a consulté son profil, accéder aux communautés de recherche d’emploi, et même passer en tête de liste des candidats ayant postulé, en tant que "candidat pressenti"… Nouvelle incartade à l’image de sérieux que le réseau professionnel prône ?

Quoi qu’il en soit, la crise qui perdure nous amène véritablement à faire tout et n’importe quoi. On ne parle plus de fond, mais de forme. Ou du media qui devient le message. Les candidats ont certes buzzé sur le coup, mais après, que reste-t-il ? Le sentiment d’avoir connu une célébrité pour le moins limitée qui n’a rien donné qu’un trou de plus dans le portefeuille. Oui, c’est vrai, aussi des tas d’amis en plus sur Facebook ou qui vous suivent sur Twitter. Mais ont-ils le profil utile à votre activité ?

Sources: blog-emploi.com