Wanted ! Des chefs d’entreprise ne craignant pas les détenus

La Régie du travail pénitentiaire s’appelle désormais 'Cellmade', et ce depuis le mois dernier. Ce changement de nom, couplé à une campagne d’image cohérente ainsi qu'un nouveau style, devrait convaincre les entreprises à faire plus souvent appel au travail pénitentiaire.

19 janvier 2015

Partager

"un prisonnier qui travaille gagne en moyenne 250 à 350 euros par mois." (tine verhenne, employé à la direction de la régie du travail pénitentiaire)

Tine Verhenne est responsable des ateliers des prisons de Flandre occidentale situés à Gand, Oudenaarde et Dendermonde. Son employeur est la Régie du travail pénitentiaire. Cela fait un peu vieillot, avoue-t-elle, et il y a plus attractif comme appellation pour commercialiser le travail en milieu carcéral.


Cela peut paraître étrange, mais les tâches quotidiennes de Tine Verhenne sont d’essayer de convaincre les entreprises d’outsourcer une partie de leur production vers les ateliers d’une des trois prisons de Flandre Occidentale. "Nous avons environ 80 clients, surtout en Flandre Occidentale et Orientale, mais nous ne sommes pas encore complètement intégrés. Les employeurs pensent surtout à des ateliers protégés quand il s’agit de confier des tâches simples, alors que le travail pénitentiaire est une alternative valable et bon marché."

Cellmade

Un nouveau nom, un style maison et une campagne percutante devraient pouvoir apporter le changement escompté. Depuis le mois passé, la Régie du travail pénitentiaire s’appelle 'Cellmade' et, avec cette nouvelle marque, Tine Verhenne espère convaincre les entreprises de conclure des contrats à long terme. "Osez voir la prison comme une option d’outsourcing, tel est le cœur de notre nouvelle campagne."


'Cellmade' a mis en place une équipe commerciale apte à informer et à conseiller les entreprises sur les opportunités du travail pénitentiaire. "Nous avons deux account managers, une équipe comptable et même le payroll est administré chez nous", explique Tine Verhenne.


"Un chef de production est présent dans chaque établissement, cette fonction est exercée par un fonctionnaire pénitentiaire. Les emballages et les étiquetages sont les travaux les plus courants pour lesquels nous engageons des prisonniers, mais 'Cellmade' propose d’autres services comme le tri ou le re-handling de gros colis."

4 détenus sur 10 travaillent

Certaines prisons ont une spécialité. Celle d'Oudenaarde possède par exemple un atelier de couture où sont notamment confectionnés des vêtements de prisonniers. Une entreprise voulant outsourcer du travail de brochage ou de couture peut recourir à celui-ci.


"L’avantage du travail pénitentiaire est qu’il est vraiment bon marché", souligne Tine Verhenne. "Une telle situation est également bénéfique pour les prisonniers qui se sentent plus utiles s’ils peuvent exercer une activité. Travailler allège le poids psychologique de la détention. De plus ils perçoivent une rémunération. Certes, celle-ci n'est pas très élevée – en moyenne entre 250 et 350 euros par mois – mais cela peut être utile pour pouvoir s’acheter des choses en prison ainsi que de rembourser la partie auprès de laquelle ils ont causé un préjudice."


Chaque prisonnier peut demander à travailler, même si la demande de travail au sein des prisons excède actuellement l’offre. En effet, environ quatre détenus sur dix ont un travail dans leur établissement pénitentiaire.


(EH) (SC) Plus d’infos sur : www.cellmade.be 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.