Vous ne pouvez pas travailler sans un minimum de 7 heures de sommeil par nuit

Le fait que certaines personnes n’ont soi-disant besoin que de cinq heures de sommeil par nuit est un mythe.

25 février 2019

Partager

Une personne adulte a besoin de sept à huit heures de sommeil par nuit.

1 à 3% de la population n’a besoin que de cinq heures de sommeil par nuit. L'exemple typique est celui de l'homme d'affaires qui se rend au bureau à l'aube et termine de travailler tard le soir. De tels profils sont des dangers pour les entreprises. Voilà ce qu'ont conclu les chercheurs Bronwyn Fryer et Charles Czeisler dans leur ouvrage "Sleep Deficit: The Performance Killer".

Mythe

On prétend souvent que le besoin de sommeil - tout comme l'appétit ou les contacts sociaux - est une affaire personnelle. "On suppose généralement que tout le monde n’a pas besoin du même nombre d’heures de sommeil et que l’âge, le mode de vie, le travail et le métabolisme déterminent la quantité de sommeil dont une personne a besoin pour fonctionner correctement", déclare l'experte en psychologie Susan Pinker dans le Wall Street Journal.

"Le fait que certaines personnes ne se contenteraient que de cinq heures de sommeil par nuit alors que d’autres auraient besoin de sept heures de repos quotidien ne semble toutefois pas correspondre à la réalité scientifique ".

7 à 8 heures

Une personne adulte a besoin de sept à huit heures de sommeil par nuit. Voilà ce que démontre une étude réalisée par des scientifiques du Brain and Mind Institute de l’Université de Western Ontario. Celle-ci s’appuie sur une enquête menée auprès de plus de dix mille personnes provenant de 150 pays différents.

"L'étude conclut qu’un adulte doit dormir entre sept et huit heures par nuit pour pouvoir fonctionner de manière optimale." Lorsque le repos requis n'est pas atteint, des fonctions cognitives supérieures telles que l'identification de schémas complexes et la résolution de problèmes sont altérées", souligne Conor Wild, directeur de recherche et professeur de neuroscience à l’Université de Western Ontario.

L'étude a fourni une série de résultats pour le moins surprenants. "La moitié des personnes interrogées ont déclaré dormir une moyenne de moins de 6,4 heures par nuit. Cela conduit à des difficultés en matière de résolution de problèmes et de raisonnement. De plus, l’intelligence verbale sembe également souffrir du manque de sommeil."

"Les personnes qui dormaient régulièrement moins de six heures par nuit avaient également des soucis avec leurs aptitudes spatiales et grammaticales. Il a été constaté que ce groupe effectuait moins de tâches que les personnes qui avaient suffisamment dormi."

Le manque de sommeil occasionnel est moins grave

"De manière surprenante, il s’est avéré qu’un manque de sommeil occasionnel n’avait aucun impact négatif sur le raisonnement ou les compétences verbales mais bien sur la mémoire à court terme", explique Susan Pinker du Wall Street Journal.

"Cette découverte est quelque peu rassurante. De nombreux professionnels tels que les chirurgiens ou les pilotes de ligne, dont les habitudes de sommeil sont irrégulières, doivent souvent prendre des décisions cruciales. Une privation chronique de sommeil semble beaucoup plus préjudiciable que quelques nuits avec un manque de sommeil", poursuit Susan Pinker. "L'étude montre que dormir quatre heures par nuit pendant un certain temps assure un vieillissement cognitif de huit ans."

Anticiper le sommeil

"Cependant, une bonne nuit de sommeil permet de restaurer une partie des dégâts et les sujets qui ont eu une période de repos plus longue que la normale la nuit précédant l’étude ont montré de meilleurs résultats aux tests cognitifs."

"Anticiper le sommeil" est un phénomène bien connu de l'armée américaine. Les soldats qui vont dormir plus tôt et plus longtemps que d'habitude une semaine avant de devoir dormir moins longtemps pendant quelques jours souffrent moins que les soldats qui n'avaient pas pris de mesures pour anticiper leur sommeil. L’utilité d’une "banque de sommeil" a déjà été étudiée : les personnes qui dorment 10 heures par nuit pendant une semaine n’ont besoin que de trois heures de sommeil par nuit la semaine suivante. Elles sont plus productives que leurs collègues qui ont dormi 7 heures au lieu de 10 pendant cette même semaine.

(eh/ll)

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.