Vous marche-t-on sur les pieds au bureau ? 2 signaux d'alarme

Vous travaillez dur mais devez en permanence effectuer des tâches supplémentaires (souvent celles des autres) sans pour autant gagner mieux votre vie. Vous laisseriez-vous marcher sur les pieds ?

5 janvier 2018

Partager

Personne ne doute de votre enthousiasme et vous ne faites pas les choses à moitié, que du contraire ! Vous effectuez le travail de trois personnes en une semaine de 38 heures. Et pourtant, votre fiche de paie ne suit pas la même tendance. Y a-t-il un problème ?


De manière générale, il est de coutume de bénéficier d'une augmentation si vous faites preuve d'une éthique de travail exceptionnelle ou tirez votre entreprise vers le haut. Dans la pratique, vous travaillez plus que n'importe qui mais la seule chose dont vous héritez est le travail que vos collègues n'ont pas le temps (ou l'envie) de faire.

Le travail de vos collègues

Penchez-vous sur vos tâches quotidiennes. Quelles sont celles qui ne figurent pas dans votre description de fonction mais bien dans celle de vos collègues ? Certainement bien plus qu'initialement prévu. Comment en êtes-vous arrivé à une telle situation ?


Vous avez probablement proposé votre aide pour l'une ou l'autre tâche. Vous vouliez rendre service et espériez gagner en popularité mais cela n'a rien donné. Vous vous êtes tout de même dit "Vu que je l'ai déjà fait, je peux bien le faire quelque fois". Entretemps, cela fait partie de vos tâches quotidiennes et l'on attend de vous de les terminer en temps et en heure.


Vous faites donc preuve d'une certaine éthique de travail et d'un esprit d'équipe et, au lieu que votre manager le remarque et vous récompense, vous continuez à travailler et votre salaire n'est pas revu à la hausse. Signal d'alarme numéro 1 ! 


Cet effort supplémentaire peut être l'élément menant à l'octroi d'un bonus. La condition est que votre patron remarque votre investissement ou que vos collègues l'apprécient et en parlent autour d'eux. C'est également un plus si vous effectuez le travail supplémentaire avec plaisir et que cela vous permet de développer certaines compétences. Sinon, il s'agit juste d'un fardeau qui aura pour conséquence que vous négligerez votre propre travail et ne vous donnerez pas à 100% pour effectuer vos tâches correctement.

Votre idée !

Vous avez une idée géniale ? Ne faites pas l'erreur de la raconter à vos collègues et d'attendre deux semaines avant d'en parler à votre patron. Sans que vous ne le sachiez, un collègue l'aura utilisé pour faire bonne impression ou proposer quelque chose d'innovant. Peut-être que son intention n'était pas mauvaise et qu'il trouvait que votre idée en valait vraiment la peine… Mais pensez-vous qu'il mentionnera votre nom lorsqu'il la présentera ? Signal d'alarme numéro 2 ! 


Votre collègue devient donc un génie créatif avec beaucoup de perspicacité alors que vous avez effectué toutes les recherches et façonné l'idée depuis son éclosion.


Ne donnez pas l'occasion à d'autres personnes de vous voler la vedette. Pitchez votre idée par vous-même. Discutez avec votre manager et présentez-lui une esquisse de votre projet ou faites-lui part de vos aspirations et de avantages que cela occasionnerait pour l'entreprise. Vous pouvez sonder si cela l'intéresse ou préciser qu'il s'agit d'une idée qui vient de voir le jour mais que vous souhaitez développer davantage. Vous ferez ainsi preuve d'initiative et montrerez que l'idée vous appartient.

Inconscient

Souvent, les employeurs ou collègues ne savent pas que vous vous trouvez dans une telle situation. Ils ne vous donnent (généralement) pas plus de travail dans le but de vous faire du mal. Jouez cartes sur tables avec les collègues qui vous donnent plus de travail ou avec votre patron qui ne voit pas ces tâches supplémentaires. Vous agirez de préférence de façon amicale et compréhensible parce qu'ils tomberont sûrement des nues lorsque vous ferez part de vos soucis.

Licenciement

Vous avez peur d'être licencié en vous adressant à vos supérieurs ? Normalement, vous n'avez rien à craindre. Un patron ne va pas vous licencier parce que travaillez de trop. Voilà ce que vous pouvez lui répondre. Vous devez effectuer un certain nombre de tâches mais en faites beaucoup plus. Soit vous souhaitez être gratifié et récompensé pour leur exécution, ce qui est logique, soit vous voulez que ce qui est mentionné sur votre description de fonction soit respecté. Vous ne faites rien de mal en faisant part de votre insatisfaction.


Votre patron ne souhaite pas compenser vos heures supplémentaires ? Il devra vous en expliquer les raisons et utiliser des arguments valables. Il est particulièrement important de rester calme, honnête et ouvert à la discussion, vous n'aurez dès lors rien à vous reprocher.

Droits

Il n'y a pas de changement de situation après votre tentative visant à la résoudre ? Vous pouvez prendre des mesures plus conséquentes pour attirer l'attention sur votre cas. Vous avez des droits et devez les défendre. Si nécessaire, faites appel à d'autres organismes pour y parvenir. Cela peut paraître drastique mais tout dépend de la mesure dans laquelle la situation est malhonnête et quelle en est la véritable nature.


Quoiqu'il en soit, vous devez montrer à vos collaborateurs et à vos supérieurs que l'on vous marche sur les pieds. S'ils ne le voient pas par eux-mêmes, il est grand temps de leur ouvrir les yeux en leur envoyant un signal percutant.


(eh/jy) – Source : Manners.nl 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.