Votre propre poste de travail ? Ses jours sont comptés…

De plus en plus d’organisations optent pour de nouvelles formes de travail flexible. Les entreprises font ainsi d’une pierre deux coups : elles peuvent réduire le nombre de postes de travail et le nombre de mètres carrés.

Pas étonnant que la crise les incite à couper dans plusieurs centres de coûts. Selon l’OCI (Occupiers Cost Index), le coût moyen annuel d’un poste de travail par collaborateur en Belgique (à plein temps) est actuellement de 12.638 euros. De plus en plus d’entreprises pensent donc à implémenter le ‘Nouveau Monde du Travail’ qui leur permet de réduire leur surface de bureau de manière drastique.

Bien que les bureaux partagés ne soient pas encore ancrés dans toutes les mentalités, cet usage prendra place dans les espaces de bureau de demain. Les nouveaux immeubles de bureau visent un taux d’occupation de 70%. La survie du poste de travail individuel est donc menacée.

Emailite et réunionite

Travailler sur un grand plateau n’a que peu pour plaire aux yeux des collaborateurs. Après l’emailite et la réunionite, le nouveau fléau dont ils se plaignent, c’est l’open space. Le bruit, les interruptions incessantes et le manque de vie privée semblent être leurs plus grosses récriminations.

Souvent des endroits plus calmes sont aménagés, où les collaborateurs peuvent se retirer. Mais dans la pratique, nous l’observons, ces bureaux fermés sont réquisitionnés par les managers qui doivent eux aussi abandonner leur poste de travail individuel. Et parfois il n’y a tout simplement pas assez de place pour de tels bureaux.

(tc/sc) 

Plus d'info Lieu de travail

18/03/2014