Votre employeur peut-il contrôler tout ce que vous faites avec votre smartphone ?

Allez-vous régulièrement sur Facebook pendant les heures de bureau ? Faites attention ! La société californienne SpyFones a lancé des téléphones dotés de logiciels espions sur le marché. Toutes vos activités peuvent être suivies, et ce notamment par votre employeur.

Faire défiler votre fil d’actualité Facebook pendant 15 minutes ? Envoyer un e-mail à votre conjoint(e) pour savoir comment se passe sa journée de travail ? Tout le monde le fait. Et pourtant, vous feriez mieux de faire attention à la manière dont vous utilisez votre téléphone quand vous êtes au bureau, surtout si vous bénéficiez d’un smartphone d’entreprise.

De nos jours, il est possible de trouver des modèles sur le marché avec des logiciels espions standard déjà installés. Votre patron peut donc suivre tout ce que vous faites : e-mails privés, publications Instagram ou encore messages WhatsApp. Votre téléphone n'a plus de secret pour votre employeur.

Aucun indice

Avez-vous récemment reçu un nouveau smartphone ? Les appareils commercialisés par SpyFones ressemblent à n’importe quel autre téléphone. Encore plus incroyable, il est impossible de savoir si votre patron épie vraiment vos moindres faits et gestes.

Les logiciels espions sur les smartphones ne sont pas nouveaux. Ils sont utiles pour les parents inquiets qui veulent contrôler ce que font leurs enfants. La société SpyFones affirme que les entreprises trouvent ces appareils intéressants pour garder un œil sur ce que font leurs employés. Enfin, cela fournit la quiétude nécessaire à toutes les personnes qui ont tendance à être anxieuses.

Abus

Mais qu'en est-il de l'utilisateur ? Espionner les personnes à leur insu ou sans leur approbation va à l'encontre de toutes les règles d'éthique. La Cour européenne des droits de l'homme stipule que les entreprises n’ont pas le droit de lire les e-mails de leur personnel.

Bien que SpyFones avertisse ses clients quant aux fins d’utilisation de ses appareils, elle reconnaît ne pas savoir précisément la manière donc chaque personne en fera usage.

La questions reste désormais de savoir si les gens utiliseront ces logiciels de manière abusive ou non.

(eh/jy) – Source : Express

Plus d'info Médias sociaux , Patrons , Vie privée

24/11/2017