Surcharge de travail et dépression vont de pair

Les collaborateurs qui travaillent au minimum 60 heures semaine sont en surcharge systématique et ont un job extrêmement exigeant. Ils courent aussi 15 fois plus de risques de souffrir de dépression que la moyenne. Cela ressort d’une nouvelle étude menée au Japon.

9 octobre 2013

Partager

Dépression

Les enquêteurs Takahashi Amagasa et Takeo Nakayama de la Kyoto University School of Public Health ont analysé auprès d’un échantillon de 218 employés japonais les différents facteurs influençant le risque de dépression. Des longues heures (minimum 60 heures semaine) et des grandes exigences à l’encontre du travailleur portent sérieusement en elles le germe d’une dépression.

Grosse pression au travail

Lorsque les travailleurs interrogés qui font clairement de nombreuses heures supplémentaires, sont évalués une à trois années plus tard, il semble en effet qu’ils aient 15 fois plus de chances de souffrir de dépression que leurs collègues qui ne sont pas en surcharge.

L’étude met également en avant que lorsque l’on supprime un facteur comme une grosse pression au travail, le risque de dépression diminue immédiatement. L’inverse semble aussi vrai : la pression au travail monte, le risque de dépression grimpe directement.

(sc) - Sources : Managersonline.nl

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.