Soyez efficace : rentrez plus tôt du bureau !

Travailler

Dormir moins pour travailler plus, un gage de réussite ? Pas si sûr. Selon une étude parue dans la revue Psychological review, travailler de façon intensive sur de courtes périodes est la clé du succès.

Au cours de leurs recherches, le suédois K. Anders Ericsson et ses confrères de l’Université de Stockholm ont notamment voulu savoir pourquoi certains violonistes plutôt que d’autres parviennent à atteindre un niveau de classe mondiale dans cet art si exigent.

Conclusion : si les prodiges comme les anonymes de haut niveau doivent pratiquer leur instrument de façon assidue – jusqu’à 50 heures hebdomadaire- la principale différence réside dans la façon de répartir la charge de travail. Les meilleurs consacreraient ainsi deux à trois fois plus de temps à des exercices méthodiques et peu agréables tels que les gammes… Lesquelles demeurent indispensables pour progresser significativement. Autre avantage, les maîtres de l’archet se fixent toujours des buts bien précis à atteindre à chaque répétition.

Sommeil productif

D’après l’étude suédoise, les violonistes les plus reconnus dorment en moyenne une heure de plus que les joueurs ordinaires. Et ce n’est pas tout : ils s’accordent davantage de pauses entre les moments de labeur. La clé ? Deux pics de concentration maximale où ces artistes se consacrent corps et âme à leurs cordes. Un le matin, l’autre l’après-midi. Plus le violoniste est bon, plus ces pics sont intenses et fructueux.

L’exemple des écrivains

Pour illustrer leur propos, les chercheurs ont lié ces idées à d’autres métiers, comme celui d’écrivain : « Lorsqu’ils écrivent un roman, les auteurs célèbres ont tendances à ne rédiger que 4 heures par jour, le matin, laissant le reste de la journée au repos et à la récupération. Ils peuvent ainsi marquer leur activité intellectuelle sur une courte période quotidienne tout en travaillant sur des projets de longue durée. »

Amélie Nothomb en est le parfait exemple. L’écrivaine la plus célèbre de Belgique se lève ainsi chaque jour à 4 heures du matin pour s’adonner à 4 heures consécutives d’écriture. Une discipline de fer, une concentration optimale : la dame au chapeau prétend ainsi ne jamais faire une seule rature dans ses manuscrits tant chaque phrase est pensée et pesée avant d’être couchée sur le papier.

Réduire le temps de travail

Dans leur étude, les chercheurs suédois affirment également que les hommes qui réussissent s’arrêtent généralement de travailler plus tôt le soir. Pourquoi ? Simplement parce qu’ils parviennent à canaliser leur énergie au cours de plusieurs petites périodes et savent parfaitement gérer leurs moments d’activité et d’inactivité.

Timothy Feriss, un entrepreneur américain, partage cet avis et va même plus loin. Dans son bestseller « Quatre heures de travail par semaine », il décrit et adoube la règle de Pareto, dite des ‘80-20’ : 80% de la production est le résultat de 20% du temps investi. Des chiffres qui font rêver, même s’il est peu probable que les patrons acceptent de sitôt de diviser par cinq le temps de travail de leurs salariés ...

(jt) 

Plus d'info Workaholic , Heureux au travail , Equilibre vie privée/professionnelle

02/12/2011