Rester assis est-il plus dangereux que la cigarette ?

Partena Vitalité part du principe qu'une culture d'entreprise dynamique suppose que les travailleurs se sentent bien physiquement et mentalement. Une conférence avec Inge Wiame, manager chez Partena Vitalité, au sujet du programme "Rester assis est le tabac d'aujourd'hui" met en avant les avantages d'une vie saine et d'une activité quotidienne.

26 décembre 2016

Partager

"En Scandinavie, au Canada ou encore aux Etats-Unis, le travail debout est de plus en plus présent." (Inge Wiame, manager chez Partena Vitalité)

"Nos orateurs sont gestionnaires, directeurs des ressources humaines ou conseillers en prévention", explique Inge Wiame. "Nous observons quels sont les points d'attention dans le monde du travail et tentons de modifier les comportements au niveau de la nutrition, de l'activité physique et du bien-être mental. Notre équipe prône la bonne santé sur le lieu de travail alors qu'elle était auparavant axée sur l'activité et les exercices physiques. Nous attachons beaucoup d'importance au mode de vie ainsi qu'aux comportements des individus. Cela va bien au-delà du simple fait de mentionner ce qu'il faut faire ou ne pas faire. Nous voulons que les employés puissent s'en sortir par eux-mêmes après notre intervention. L'approche globale est très importante et, oui, nos conférences prennent place au sein même du lieu de travail."

Plus heureux avec votre patron

Les employeurs offrent-ils de l'espace pour ce type de changements ? "Il voient de plus en plus l'avantages de telles modifications", confirme Inge Wiame. "Bien sûr, depuis le premier septembre 2014, une nouvelle loi au niveau de la prévention des risques psychosociaux sur le lieu de travail est en vigueur. Il y a aussi la commission paritaire 104 où un programme d'emploi pour les travailleurs d'un certain âge est établi sur base des capacités physiques et psychosociales pour rester en activité. Nos programmes s'y adaptent parfaitement : séances d'exercices, conscientisation des gens à opter pour une alimentation saine, sessions d'information au sujet de l'influence du sucre, transformation du stress négatif en activité positive,… La gestion de la vitalité est bonne pour l'image de l'entreprise et renforce le lien entre le patron et ses employés."


"L'argent qu'ils investissent dans un programme de vitalité, il l'économisent au niveau de l'absentéisme. Nous travaillons toujours sur mesure et proposons une solution adaptée et réalisable si une PME nous le demande. Un type d'atelier que nous mettons en place est une mise en situation visant à admettre le stress d'un manager et de reconnaître celui d'un employé. Prenons l'exemple du 'théâtre du stress' : il s'agit d'un jeu de rôle où nous faisons en sorte que tout le monde y participe et de préférence pendant une année entière. De cette manière, nous pouvons calculer des résultats à long terme et opérer les changements nécessaires. Les réactions furent enthousiastes : selon un de nos clients, 60% de ses employés adoptent une approche plus positive de leur niveau de stress."

Le marathon ne suffit pas

Il est important de ne pas passer votre journée à rester assis, explique Wiame. "Cette année, nous avons lancé le programme 'Rester assis est le tabac d'aujourd'hui'. Votre corps vous impose certains processus silencieux lorsque vous êtes assis. En travaillant débout, vous êtes bien plus alerte." Mais comment calculer les inconvénients liés au fait de rester trop longtemps assis et comment parvenir à une modification de comportement ? "Avec des pédomètres ou des applications spécialement prévues à cet effet, il est très facile de déterminer la faible fréquence à laquelle les personnes se dégourdissent les jambes sur leur lieu de travail. Ensuite, nous essayons de savoir quelles en sont les raisons pour ensuite opérer à une modification de comportement. Cela n'est pas facile car nous avons de plus en plus tendance à devenir sédentaires. Voici quelques solutions à garder à l'esprit : garer sa voiture plus loin, emprunter les escaliers au lieu de l'ascenseur, installer une imprimante tous les deux étages,…"


Même si vous courrez des marathons, il est absolument nécessaire de vous étirer régulièrement les jambes. "Grâce à des moniteurs, nous pouvons calculer la fréquence à laquelle les employés le font. Ils sont souvent en-dessous de la moyenne (rires). La prise de conscience ne doit pas obligatoirement se traduire par plus de sport mais bien par essayer de s'asseoir le moins possible. Même si la pratique d'un sport est de plus en plus populaire, ce n'est pas suffisant pour un mode de vie sain sur le lieu de travail ou pour prévenir de maladies liées à l'inactivité. "En Scandinavie, au Canada ou encore aux Etats-Unis, le travail debout est de plus en plus présent. Dans ces pays, cela paraît étrange d'être assis en permanence pour travailler. En Flandre, des formations au sujet de la vitalité font petit à petit leur apparition. Cela montre bien qu'il y a petit à petit une certaine prise de conscience et que nous sommes sur la bonne voie."


(eh/jy) 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.