Recruter de manière créative est un jeu à part entière

Cela fait un certain temps que les campagnes de recrutement classiques ne sont plus la seule et unique manière d’attirer les talents au sein d'une entreprise. Celles-ci deviennent de plus en plus créatives avec leurs applications, comptes Facebook et autres concours de recrutement. Qui peut affirmer n'y avoir jamais été confronté?

14 juillet 2014

Partager

"Si vous obtenez 1000 "j’aime" sur Facebook, nous vous offrons un stage rémunéré" (Petra Vandendriessche, de la Loterie Nationale)

De nombreux demandeurs d’emploi ont du mal à décrocher un poste sur le marché du travail actuel. Trois jeunes diplômés le prouvent dans un programme télévisuel : ils présentent toutes sortes de trucs et astuces pour décrocher un emploi. La Loterie Nationale n’y échappe pas non plus. Fidèle à son slogan "Créateur de chances", l’opérateur public propose un stage rémunéré via sa page Facebook.

« L’organisation qui se cache derrière le programme recherchait des entreprises candidates offrant un stage rémunéré par le biais d’un film promotionnel », déclare Petra Vandendriessche, responsable RH de la Loterie Nationale. « L’intention est d’aider les jeunes à se construire une première expérience dès leur sortie des études et à lutter contre le chômage. Nous avons posté un petit film sur Facebook et à chaque fois qu’il obtient 1000 "j’aime", nous offrons un stage rémunéré. » Les résultats furent positifs, et la Loterie Nationale est à présent en pleine procédure de recrutement.

Ingénieurs avec soft skills ?

Ce n’est facile pour personne. Peu de jeunes sont autant convoités sur le marché de l’emploi que les ingénieurs fraîchement diplômés. « Pour les attirer, nous faisons déjà beaucoup : des campagnes print, une collaboration étroite avec les écoles, etc. Cette fois, nous recherchions une approche plus créative », poursuit Kathy Callens, Spécialiste en Communication Interne chez UNILIN. L’entreprise, plus connue sous le nom de Quick Step, a développé un jeu en ligne pour jeunes ingénieurs "Are you a Smart Ngneer?", et ce en collaboration avec l’organisation de réseautage Young Prozzz. « Les participants reçoivent deux questions à raison de deux fois par semaine. Celles-ci sont liées à l'actualité ainsi qu' à l’environnement UNILIN », explique Kathy Callens.


« Le but du jeu est d'évaluer leurs soft skills et leur adéquation à la culture de l’entreprise. L’ingénieur du futur doit avoir bien plus qu’une seule connaissance technique » Le jeu est un succès, raconte-t-elle. « Une annonce ne donne qu’une impression furtive. Le jeu va plus en profondeur. Nous avons par la suite invité tous les participants à un événement de clôture, de manière à leur faire découvrir notre environnement de production ainsi que notre histoire. C’est ce qui fait la différence, car ils apprennent ainsi à mieux connaître la culture d’entreprise. »

A place du Manager RH ?

De plus en plus d’entreprises sont soucieuses de se doter d'une image plus créative. « Beaucoup nous connaissent surtout comme un secrétariat social. Mais nous faisons bien plus que cela », entame Piet Rosseel, Marketing et Communication Manager chez Securex. Nous voulons montrer que nous avons aussi de l’expertise dans de multiples domaines RH.

Résultat de cette réflexion, le"HR Business Game". Dans ce contexte, vous prenez la place du Manager RH d’une entreprise fictive. Chaque jour, et ce trois semaines durant, vous recevez des défis. « Ce sont des cas à résoudre mettant en scène des situations réelles auxquelles un Manager RH est confronté dans sa pratique quotidienne », poursuit Piet Rosseel. Il peut s’agir de thématiques liées à l’absentéisme, la diversité, la mobilité, le recrutement, les talents, les relations au travail, etc. Vous devez essayer d’identifier la meilleure solution pour l’entreprise fictive dont il est question dans le contexte préalablement décrit.

Le jeu est développé pour les petites et grandes entreprises mais devient également très populaire auprès des étudiants. On en ressent principalement l’impact sur les marchés de l'emploi. « Nous avions peine à attirer les jeunes à notre stand parce qu’ils ne connaissaient pas l’entreprise », explique Piet Rossel. « Mais dans les mois qui ont suivi le business game, le visiteurs venaient spontanément chez nous nous dire ; "j’ai participé à votre jeu, je le trouve génial. J’aimerais tant venir travailler chez vous ! Il est difficile de recevoir plus beau compliment. "

Le nouveau fonctionnaire ?

Le business game ne se réduit pas uniquement à faire connaître l’entreprise de manière plus créative, mais il facilite aussi la mise en situation. Selor, le service de recrutement de la fonction publique, lance un jeu particulièrement populaire appelé Wow-game : il s'agit d'une bonne méthode pour vous préparer à un examen d’entrée.

« Le jeu met en scène la quête du fonctionnaire Wow », explique Stefanie Billiet de Selor. Avec cette compétition, Selor veut montrer que le New World Of Work est bien enraciné auprès des autorités publiques. Le Wow game vous met à la place d’un travailleur et analyse comment vous réagissez aux situations de tous les jours. « Les fonctionnaires pouvaient s’y inscrire et ceux qui obtenaient le plus haut score étaient invités à une sorte d’interview avec une mise en situation. Un sondage sur Facebook désignait le gagnant final », poursuit Stefanie Billiet. Après la campagne, le jeu a fait sa vie. 32 000 parties ont été comptabilisées, et le public était diversifié.

« Le jeu ressemble aux tests d’évaluation situationnelle de Selor, mais celles-ci sont personnalisées », détaille Stefanie Billiet. « Vous recevez une situation avec trois réponses possibles. Le but est de voir si vous êtes par exemple plutôt orienté relations ou tâches. Les vrais tests de screening ne sont pas proposés sous forme de jeu mais l’idée est comparable : anticiper des situations. Le jeu est idéal pour mettre les participants en confiance et pour les familiariser à nos tests de screening. Bon nombre de personnes ont peur des tests. C’est pour cette raison que nous proposons des démonstration sur notre site web. »

Caroline a gagné le Wow-game

Interrogée à propos de sa participation au Wow-game de Selor, Caroline Hittelet (Project Manager à l’Institut de Formation des autorités fédérales) déclare : « Je voulais juste essayer, par simple curiosité ». Elle remporta finalement la compétition et devint la fonctionnaire Wow de l’année. «L’aspect ludique apporte incontestablement une valeur ajoutée à la compétition », raconte-t-elle. « Cela la rend amusante. Vous voulez tester vos connaissances et le jeu traduit cela en situations concrètes. Ainsi, vous les appréhendez plus facilement.

Sources : (EH) (SC) MARK Magazine 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.