Quitter ce job qu'on déteste ou s'accrocher encore un peu ?

Par peur de ruiner leur carrière, de nombreux employés restent dans une fonction qu’ils n’apprécient pas. Pourtant, en choisissant le bon moment, il est possible de se libérer positivement d’une telle situation. Il suffit notamment de faire fi de certaines idées reçues. En voici justement 4 à rejeter.

1. Vous devez X années à votre entreprise.

On recommande souvent de rester au moins deux ans dans une entreprise, voire trois à cinq si votre carrière est déjà avancée. Aurez-vous pour autant l’air irresponsable si vous lâchez un travail qui ne correspond pas du tout à vos attentes ?

Posez-vous donc ces trois questions :

  • Cet emploi me permettra-t-il d’atteindre mes objectifs personnels à long terme ?
  • Vais-je progresser d’un point de vue professionnel ?
  • Suis-je libre de fournir mon meilleur travail ?

Si vous répondez non au trois, il est sans doute déjà l’heure de prospecter.

2. L’herbe est toujours plus verte ailleurs.

Lorsque vous êtes mal à l’aise dans une entreprise, il est facile de penser que vous serez mieux servi et plus productif dans une autre, quelle qu’elle soit - pourvu que ce soit une autre. Gardez toutefois à l’esprit que chaque emploi a ses avantages et ses inconvénients. Il est donc important de bien évaluer vos objectifs de carrière et de ne pas accepter la première offre venue.

Tâchez de bien connaître vos forces. Elaborez une liste des priorités et des points sur lesquels vous êtes prêt à faire des concessions. Déterminez ce qui vous gêne dans votre emploi actuel et ce que vous souhaiteriez faire à la place.

Veillez néanmoins à ne pas être trop exigeant et à envisager de faire des sacrifices (salaire, trajets…) si le job en vaut la chandelle.

3. Ne jamais quitter un emploi avant d’avoir trouvé ailleurs.

Nombreux sont ceux qui vous décourageront de faire un break, car cela enverrait un message négatif aux futurs employeurs. Ne les croyez pas : c’est en effet le meilleur moment pour actualiser un CV, écrire des lettres de motivation, passer des entretiens etc. Vous pourrez également justifier votre choix aux recruteurs par le désir de vous échapper d’une situation nuisible.

De plus, cela ne veut pas dire que vous perdrez votre temps : missions en freelance, bénévolat ou formations pourront ainsi être mis en avant durant les prochaines interviews.

Mis à profit, un break peut en effet booster votre carrière et vous redonner l’énergie nécessaire pour la faire progresser.

4. Les règles sont faites pour être suivies.

Ne suivez pas lesdites règles simplement parce que vous pensez que vous le devez. Suivez (parfois) votre instinct.

Si vous avez une passion, tentez de vous lancer ! Votre enthousiasme sera reconnu et apprécié de vos futurs employeurs. Vous n’avez pas encore trouvé votre job idéal ? Ne vous inquiétez pas et continuez de chercher : posez des questions, expérimentez de nouvelles choses…

Mais surtout, si vous êtes malheureux au travail, n’écoutez pas nécessairement ceux qui vous conseillent d’attendre. Faites le serment de passer à l’action, que cela signifie chercher un nouveau job dès aujourd’hui ou faire un break. C’est votre décision.

(jt) - sources: brazencareerist.com 

Plus d'info Démission

30/10/2012