Quel est votre meilleur défaut ?

Se préparer à un entretien de sélection, c’est l’ABC, tout le monde le sait. Et il y a des questions que l’on peut facilement deviner. Style, quels sont vos défauts ? Alors, autant savoir ce que vous allez dire, et plutôt que d’improviser sur la question, choisissez d’avance celui qui vous siéra le plus. Pas de mensonge, naturellement, il s’agit plutôt de trouver la manière la plus positive ou inattendue de le dire.

Exemples de défauts qu’il plaira au recruteur d’entendre...

1. Troquez les expressions bateaux par des synonymes nettement plus évocateurs

Perfectionniste, tenace, têtu, curieux, exigeant, réservé… qui ne le dit pas ? Alors soyez créatif, vous interpellerez davantage l’attention du recruteur si vous vous dites pointilleux (versus perfectionniste), obstiné plutôt que têtu, osez même l’entêté. Réservé est un peu trop courant, distant ou introverti ne sonnerait pas plus juste ?

2. Soyez franc mais évitez les excès

Trop franche, trop strict, trop dynamique ? Le défaut ne vient pas de l’extrême, il est, tout simplement. Et avec un peu de discernement, le recruteur fera vite le pont vers la qualité qu’il sous-tend. Vous pouvez l’y aider un peu, bien sûr. La franchise permet la spontanéité, qui est une qualité. Vous êtes trop strict ? Pour vos équipes ou vos collègues, peut-être. Mais ce défaut est le garant d’une certaine autorité, que vos supérieurs apprécieront.

3. Détaillez les ‘effets secondaires positifs’ de vos défauts

Si vous avez du mal à les trouver tout d’abord, faites appel à vos proches. Eux, ils savent. Et puis réfléchissez en quoi cela peut servir l’entreprise. Comment ? Prenons, par exemple, la lenteur. Elle augure un certain perfectionnisme, une réflexion avant l’action, un souci d’aller au fond des choses, etc. A l’inverse, quelqu’un d’impatient aura tendance à foncer et à faire avancer les projets. Quel employeur n’en voudrait pas ? Pour autant que vous ayez l’ambition d’améliorer le point en question, vous faites une force de votre défaut.

4. Mon défaut est-il opportun dans mon métier ?

Avant d’élire votre ‘défaut préféré’, celui que vous avancerez sans ciller à la question du recruteur, songez tout de même s’il convient à votre secteur d’activité. Difficile de convaincre que l’on a du bagou, un talent ‘social’, utiles à la fonction commerciale, quand l’on est timide, effacé, introverti.

Rappelez-vous que le recruteur n’a pas de mauvaises intentions, il cherche juste à minimiser le risque en vous engageant, et pour cela il sonde si vos défauts principaux ne sont pas contre-indiqués à l’égard de la fonction.

5. Les défauts qui tuent

Faites votre choix judicieusement, néanmoins, car certains vilains défauts sont peu conformes aux attentes de la vie en société et du monde du travail. Exemples : distraction, manque d’attention et de rigueur (comment avec cela, gérer ses priorités, être fiable ?), agressivité (difficile de contrôler une telle personnalité, risque que cela dégénère), prétention, etc.

Si votre recruteur semble prendre un malin plaisir à vous déstabiliser, ne le prenez pas personnellement. Tout le monde y passe, c’est la règle. A nouveau, il sonde votre réaction et derrière elle, des traits de votre personnalité. C’est pour cela que vous avez tout intérêt à vous préparer pour lui répondre avec calme et assurance.

Vous n’avez pas l’inspiration pour choisir vos défauts ?

Voici une liste de défauts, et qui peuvent aussi vous inspirer sur vos qualités. On vous les demandera aussi probablement.

Défauts ou qualités : ambitieux, autoritaire, carriériste, contrôlant, excentrique, extraverti, extraverti, fonceur, hyperactif, introverti, joueur, obstiné, pointilleux, prudent, sensible, spontané

Exemples de défauts ‘purs’ : avare, bavard, bruyant, distant, distrait, émotif, exigeant, impulsif, intransigeant, laxiste, lent, maniaque, maniéré, manipulateur, méticuleux, pessimiste, peu confiant en lui, radin, rigide, secret, timide

Source : rhdenoe.com 

Plus d'info Entretien d'embauche , Conseils pour solliciter

29/11/2013