Quel est le salaire d'un une infirmier psychiatrique principal ?

Nous avons demandé à Pieter (50 ans) de Wezemaal (Rotselaar) en quoi consistait son métier et combien il gagnait…

19 décembre 2018

Partager

  • Profession : infirmier en chef au centre psychiatrique universitaire (CPU) de la KU Leuven
  • Etudes : baccalauréat en sciences hospitalières et psychiatriques, master en sciences criminologiques
  • Vie privée : en couple, 5 enfants
  • Salaire mensuel brut : 4.779,14 euros
  • Salaire mensuel net : entre 3.404,77 euros (+ prime vélo de 168,13 euros)
  • Primes annuelles brutes : 6.278.49 euros
  • Avantages extralégaux : assurance groupe sans déduction de montant personnel, assurance hospitalisation à prix avantageux pour toute la famille, assurance invalidité et restaurant d'entreprise à prix réduits.

Que faites-vous dans la vie ?

Je suis infirmier en chef dans un service de psychiatrie gériatrique du Centre Psychiatrique Universitaire (CPU) de la KU Leuven. Mes tâches les plus importantes sont de planifier les soins et de gérer une équipe de soins qui fait partie d'un département multidisciplinaire composée de médecins, de psychologues et de divers thérapeutes.

Il y a de la place pour 23 patients dans notre service. Tous sont des personnes âgées ayant des problèmes à la fois cognitifs et physiques. Nous établissons un diagnostic et leur proposons un traitement. Ensuite, nous cartographions leur comportement et caractéristiques sociales afin de pouvoir leur fournir des conseils ciblés. Avec notre équipe de soins, nous les suivons 24h/24 et 7j/7. En consultation avec le psychiatre superviseur, je détermine également les politiques d'admissions et de sorties.

Comment êtes-vous arrivé dans ce secteur ?

J'ai effectué mon tout premier stage dans un service de gériatrie. Ce fut une expérience très positive et une révélation : j'ai découvert que venir en aide aux personnes âgées était fait pour moi. Je pouvais beaucoup leur apporter et cela me procurait une satisfaction particulière.

Au cours de mes études, et même pendant mon master en sciences criminologiques, cet enthousiasme de m’occuper de personnes âgées s'est encore accru. J'ai commencé par travailler dans un service d'admission en psychiatrie pour adultes au CPU de la KU Leuven. Ensuite, j’ai été infirmier en chef pendant trois ans dans une résidence pour personnes âgées où je devais m’occuper de patients atteints de démence. Enfin, je suis revenu à l’UPC de la KU Leuven, mais cette fois en tant qu'infirmier en chef dans un service de psychiatrie gériatrique. J’occupe toujours ce poste actuellement.

Aimez-vous votre travail ?

Enormément. Mon travail offre beaucoup de variété. Je suis étroitement impliqué dans la pratique quotidienne des soins de santé et, parallèlement, on me donne l'occasion de guider et de façonner la politique du service. J’exerce également un certain nombre de tâches récurrentes mais, vu que je les fais pour des collègues, des patients ou des familles, elles ne me semblent pas routinières.

Notre département de psychiatrie gériatrique est très dynamique. Travailler de manière indépendante est encouragé et j’entretiens d’excellentes relations avec mes collègues ainsi que ceux d'autres départements. Notre travail est toujours intéressant et travailler ensemble porte ses fruits. Je ne peux rêver mieux !

Vous savez, travailler dans un service de psychiatrie gériatrique exige un équilibre entre la tête, les mains et le cœur. Diriger une équipe et procurer de l'énergie à ses différents membres est un privilège. Ce que j’apprécie aussi beaucoup est que notre organisation nous encourage à rester nous-mêmes. Nous avons la liberté d’organiser nous-mêmes notre propre travail.

Que pensez-vous de votre salaire ?

Je n'ai pas à me plaindre. En tant qu'infirmier en chef, je reçois des primes supplémentaires de l'hôpital et, lorsqu'une infirmière doit travailler le week-end, la nuit ou le soir, elle reçoit une allocation supplémentaire en plus de son salaire fixe.

Changeriez-vous de travail pour un salaire plus élevé ?

Je ne pense pas. Gagner plus d'argent peut difficilement rivaliser avec un travail que vous aimez faire et les bons contacts que vous entretenez avec vos collègues.

Je n'ai pas non plus besoin de me réorienter vers un autre domaine que celui du secteur de la santé. Lorsque je diagnostique une dépression, des troubles bipolaires ou de la mémoire, des délires, des hallucinations ou des problèmes de comportement, je suis confronté à un mélange fascinant de psychiatrie et de psychothérapie, mais aussi de neurologie, de pharmacologie et d'interventions non médicales. Je fais de la guidance familiale et dois traiter de nombreux aspects éthiques et médico-légaux. Cela rend mon travail difficile mais aussi fascinant et instructif, ce qui est inestimable à mes yeux.

Enfin, je trouve que travailler dans les soins de santé en général, et pour les personnes âgées en particulier, est une source de fierté ! La psychiatrie des personnes âgées est avant tout un domaine dans lequel de nombreuses recherches scientifiques sont effectuées et qui évolue en permanence.

Combien d’heures travaillez-vous par semaine ?

Quarante heures mais mon contrat en prévoit 38. En compensation, je reçois un jour de congé supplémentaire tous les mois. Cela me convient très bien.

Epargnez-vous ?

Non.

Pensez-vous à votre pension ?

Non, je ne souscris pas d’épargne pension.

Quelles sont vos plus grosses dépenses ?

Rembourser mon crédit hypothécaire.

A quoi détestez-vous dépenser votre argent ?

Un smartphone dernier cri ou une voiture de luxe.

Quelles dépenses vous procurent le plus de plaisir ?

Les livres, les cd’s, et les dépenses pour profiter de la vie et bien manger avec ma famille. Enfin, je sors mon portefeuille avec plaisir pour tout ce qui touche au vélo et aux vêtements pour rouler à vélo. A ce propos, mon indemnité vélo pour les trajets domicile-lieu de travail fait extrêmement plaisir.

Que feriez-vous si vous gagniez au Lotto ? Quels sont vos rêves ?

Je serais très heureux tout en faisant preuve de prudence. Je continuerais certainement à travailler comme infirmier en chef. Peut-être plus à temps plein mais suffisamment pour garder contact avec le service et pouvoir continuer à exercer mon métier avec passion.

(eh/ll)

DISCLAIMER

Jobat n’est pas responsable de l’exactitude des informations données ci-dessus. Elles ont été obtenues lors d’un entretien personnel avec la personne en question. Certaines informations ne sont peut-être plus correctes ou d’actualité. Elles donnent néanmoins une idée de la rémunération qui correspond à tel travail ou telle fonction.

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.