Quel est le salaire d’un contrôleur fiscal au SPF Finances ?

  • Profession : contrôleur fiscal
  • Etudes : économie appliquée
  • Vie privée : célibataire
  • Salaire mensuel brut : 3.087 euros
  • Salaire mensuel net : 1.983 euros
  • Avantages extralégaux : remboursement des transports en commun, assurance hospitalisation de base (ajout personnel de 20 euros par an), prime pour des cours de langue

Nous avons demandé à Pieter Van den Bussche (24 ans) de Zoutleeuwen en quoi consistait son métier et combien il gagnait.

Que faites-vous dans la vie ?

Je travaille comme contrôleur fiscal pour le SPF Finances depuis le 1er janvier 2016 et j’évolue dans le service "grandes entreprises". J’effectue des contrôles fiscaux, je vérifie si les impôts sur les sociétés sont en règle, je passe en revue les déclarations et je vérifie l’état des différents comptes. Il s'agit de s’assurer que tout le monde ait bien rempli ses obligations.

Pour accéder à ce travail, j'ai d'abord passé 3 tests généraux via Selor pour entrer en compte dans la catégorie d'emploi de type A et exercer un travail nécessitant un diplôme de master. Ensuite, j’ai passé quelques tests spécifiques à la fonction ainsi qu’une autre interview avec des gens de Selor et des personnes en interne au SPF Finance.

Aimez-vous votre travail ?

Oui, c'est un travail varié avec beaucoup de flexibilité. Ici, nous pouvons organiser notre travail comme nous le souhaitons. Nous travaillons avec des horaires flexibles, ce qui garantit un certain équilibre entre le travail et la vie privée. Nous avons le choix de commencer à 7 heures ou à 10 heures le matin et de terminer à 16h30 ou plus tard. On nous laisse organiser nos journées en fonction de nos rendez-vous privés, des transports publics,.. Nous travaillons également avec différents types d'entreprises et chaque dossier est différent.

Ensuite, j'évolue dans une équipe variée et dynamique avec beaucoup de collègues relativement jeunes qui ont commencé à peu près en même temps que moi. La plupart d'entre eux ont moins de 30 ans. Cela rend le quotidien amusant et m’a permis de m’intégrer plus rapidement. Il est plus facile de collaborer avec quelqu'un qui a les mêmes centres d’intérêts. La communication est aussi très ouverte dans le département, ce qui fonctionne plutôt bien.

Petit à petit, le vieillissement au sein du secteur est en train de se résorber. Beaucoup de gens prennent leur retraite et sont remplacés par des personnes plus jeunes. Bien que cela dépende du service dans lequel vous vous trouvez, je dirais que le gouvernement subit un rajeunissement général.

Pourriez-vous changer d'emploi pour un salaire plus élevé ?

Non car je suis parfaitement satisfait du travail que j’effectue actuellement. Je ne transiterais pas facilement vers le secteur privé car la pression de travail y est souvent très élevée.

J'ai également choisi une spécialisation en management politique et tout ce qui allait dans cette direction tournait autour du secteur gouvernemental. En me basant là-dessus, j'ai pris part aux examens d'entrée via Selor et j’ai immédiatement postulé pour ce poste en tant que premier emploi. Entretemps, j'ai travaillé pour le CPAS pendant un certain temps mais le gouvernement était un choix conscient.

Je ne dirais pas non à une position plus élevée. Je suis encore jeune, toute évolution professionnelle est la bienvenue.

Combien gagnez-vous exactement ?

Je me situe autour des 3.087 euros brut, ce qui revient à 1.983 euros net. Nous sommes entièrement remboursés au niveau des transports en commun et notre assurance hospitalisation de base est prise en charge (nous devons juste payer 20 euros par an pour en bénéficier). Ensuite, j'ai participé à un examen de langue afin de devenir bilingue et, en échange des efforts fournis, je bénéficie d'une prime linguistique supplémentaire (qui est déjà incluse dans le salaire net).

Etes-vous satisfaite de votre salaire ?

Il est tout à fait correct pour quelqu’un qui commence à travailler. En comparant avec les gens avec qui j'ai étudié, mon salaire est idéal. Si je veux gagner plus, je peux toujours passer au secteur privé ou essayer de grandir dans l’organisation mais, pour le moment, je suis très satisfait de ce que je gagne.

Combien d'heures travaillez-vous par semaine ?

Je travaille généralement de 08h30 à 16h30. Cela me convient parfaitement car il me reste ensuite une demi-heure pour m’occuper de mes affaires privées. Au total, cela me fait 40 heures par semaine. Nous ne pouvons pas enregistrer d'heures supplémentaires mais, si nous en effectuons tout de même, nous recevons un jour de congé supplémentaire par mois en guise de compensation. De mon côté, je ne fais pas d'heures supplémentaires.

Epargnez-vous ?

Oui. Je consacre 78 euros par mois à une épargne pension et 50 euros pour une assurance supplémentaire. Enfin, je verse 887,85 euros sur mon compte épargne tous les mois.

Pensez-vous à votre pension ?

Oui, je souscris une épargne pension, et ce surtout pour l’avantage fiscal que je peux en retirer. En ce moment, nous recevons encore une pension décente du secteur gouvernemental. Bien que j'aime mon travail, travailler plus longtemps n'est pas toujours possible. Physiquement, notre travail n'est pas très lourd mais je ne sais pas si je tiendrai le coup mentalement jusqu’à mon septantième anniversaire. Augmenter en permanence l’âge de la retraite n’est pas raisonnable, et ce quel que soit le niveau d'emploi. Il faut également réfléchir à la manière qualitative dont on est en mesure d'effectuer son travail.

Quelle est votre opinion sur le revenu de base garanti ?

Cela dépend de la situation. J'ai peur que les gens en profitent. Cela représente aussi de sérieuses dépenses. C'est une bonne idée mais il faut que les mentalités changent, ce qui est selon moi encore difficile en Belgique. Cela augmenterait les conditions de vie des personnes qui vivent seules. Elle seraient moins sous pression mais, si vous avez des enfants ou êtes dans une situation plus difficile (parents ou enfants dans le besoin ou handicapés), il se pourrait que ce revenu de base ne soit pas suffisant.

Quelles sont vos plus grosses dépenses ?

Mon emprunt pour mon terrain à bâtir qui est d'environ 340 euros par mois ainsi que le loyer que je paie pour louer ma maison.

A quoi détestez-vous dépenser votre argent ?

Actuellement, je ne pourrais pas dépenser d'argent pour une voiture. J'arrive n’importe où grâce aux transports en commun. Je partage une voiture avec mon frère, ce qui m'est parfois utile. J'ai choisi de construire une maison et posséder une voiture ne correspond pas financièrement à cette image. Cela génère bien trop de coûts. Je ne me rends pas non plus dans des restaurants hors de prix. Je préfère investir dans un voyage ou aller de temps en temps au restaurant que de dépenser des fortunes dans des repas gastronomiques.

Quelles dépenses vous procurent le plus de plaisir ?

Tout ce qui touche aux vêtements, à la mode, aux voyages, aux citytrips et au temps libre de manière générale. J’investis également beaucoup d'argent dans la construction de ma future maison. C’est quelque chose dont je profiterai pleinement par la suite.

Que feriez-vous si vous gagniez au Lotto ? Quels sont vos rêves ?

Je ferais construire la maison de mes rêves à un endroit plus central que celui où je construis actuellement. J'achèterais une voiture par facilité et je partirais trois fois par an en vacances avec tout le luxe que cela implique. Pour le reste, je continuerais à vivre normalement. Je n’arrêterais en tout cas pas de travailler.

(eh/jy)

DISCLAIMER

Jobat n’est pas responsable de l’exactitude des informations données ci-dessus. Elles ont été obtenues lors d’un entretien personnel avec la personne en question. Certaines informations ne sont peut-être plus correctes ou d’actualité. Elles donnent néanmoins une idée de la rémunération qui correspond à tel travail ou telle fonction.

Plus d'info Mon salaire

01/12/2017