Que vaut votre diplôme ?

'Pour comprendre combien l’attitude est essentielle, il vous suffit de regarder les raisons pour lesquelles on licencie.' (Stefaan Arryn, Securex)

Que vaut un diplôme de nos jours alors que les étudiants accumulent les masters les uns après les autres ? MARK Magazine a rendu visite à quelques chasseurs de talents à la recherche de la perle rare.

Pour certains jobs, un diplôme est un must voire même une exigence légale. Un médecin dans un hôpital ne peut par exemple pas exercer sans. Beaucoup d’entreprises sont néanmoins de plus en plus conscientes qu’un diplôme ne fait pas tout. Avoir décroché votre master ou votre baccalauréat signifie principalement que vous pouvez prétendre à un certain niveau intellectuel, mais ce n’est qu’un ticket d’entrée sur le marché de l’emploi.


"Nous essayons même d’éviter toute référence aux niveaux de bachelier ou de master dans nos descriptions de fonction", entame Stefaan Arryn, Talent Director auprès du prestataire de services RH Securex. "Ce n’est pas que nous estimons que le diplôme est accessoire, mais surtout parce que nous regardons plus que cela. Le diplôme montre notamment que vous êtes capable de faire preuve d’un certain niveau intellectuel. Un quotient intellectuel est toujours un bon indicateur du niveau des futures prestations, mais nous regardons plus que cela aujourd’hui : l’attitude et les capacités d'apprentissage sont très importantes pour nous."


Mais comment mesure-t-on cette attitude ? Pas avec notre intuition, confirme Stefaan Arryn. "Cela n’est pas un signe suffisant. Il en est de même pour les tests de personnalité." Et pourtant, il faut pouvoir faire matcher le collaborateur à l’entreprise. Comment opère dès lors Securex ? "Certaines caractéristiques identifiables chez les personnes nous donnent une indication de la manière dont elles presteront. L’enthousiasme et la motivation en sont de parfaits exemples. Nous regardons également les attitudes grâce auxquelles, en tant qu’entreprise, nous voulons nous distinguer des autres à savoir l’orientation client, la flexibilité, la productivité."

L’intelligence n’est pas une garantie

L’intelligence n’est pas une garantie de réussite, Stefaan Arryn en est bien conscient. "Votre diplôme montre que vous avez quelque chose dans votre cerveau, votre attitude fait comprendre que vous en tirez parti et vos capacités d’apprentissage font que vous pouvez et voulez vous développer. C’est très important pour les employeurs."


Mais les individus ne sont pas de simples 'sommes' de compétences. Securex approche donc les candidats avec les nuances qui s’imposent. "Notre décision de ne faire figurer aucune exigence de diplôme dans nos offres d’emploi implique que nous ne sélectionnons pas les candidats d’avance sur cette base. Nous voulons en exclure le moins possible. Nous déduisons que le détenteur d’un master peut travailler de manière autonome et est capable de traiter de grandes quantités d’informations. Mais un bon bachelier peut aussi le faire, et parfois même mieux. A la place du niveau de diplôme, nous communiquons les compétences que nous attendons. C’est une manière de pêcher dans un plus gros vivier et les candidats se sentent plus concernés."


En interne, les collaborateurs RH de Securex vont même plus loin : ils demandent aux managers qu'ils recrutent les raisons pour lesquelles ils engageraient un candidat avec un certain niveau de diplôme. Parfois, il s'avère que le diplôme est déterminant, avoue Stefaan Arryn. "Quand vous recevez, pour une fonction donnée, une centaine de CV sur quelques jours de temps, vous devez bien sélectionner sur base de critères. Un diplôme ou des références supplémentaires peuvent jouer un rôle en fin de processus de sélection, par exemple s'il faut choisir entre des candidats similaires se ressemblant point par point dans tous les domaines."

Expérience équivalente ?

"Diplôme ou expérience équivalente." Voilà une notion que l’on retrouve régulièrement dans les offres d’emploi. Stefaan Arryn en attrape des cheveux gris. "Comment parvenir à savoir combien d’années peuvent égaler un certain diplôme ? Qui détermine cela ?"


Le nombre d’années d’expérience auxquelles quelqu'un peut prétendre est d’un intérêt relatif, semblent conclure les études. "Le plus important, ce sont les défis que présentaient les emplois antérieurs et la manière dont vous avez évolué. Apprécier un candidat uniquement pour son expérience dans des fonctions similaires est une erreur. On perd trop vite de vue l’attitude et les capacités d’apprentissage. Un candidat avec la 'bonne' expérience va peut-être pouvoir travailler de manière autonome à court terme, mais un collègue doté de meilleures capacités d’apprentissage et témoignant d’une meilleure disposition d’esprit rattrapera vite son retard et prestera mieux à long terme", estime Stefaan Arryn. "Pour comprendre combien l’attitude est essentielle, il suffit de regarder les raisons pour lesquelles on licencie. Les connaissances techniques s’y retrouvent très rarement. Le principal problème est généralement une affaire de comportement. Pourquoi dès lors ne pas y être plus attentif lors du recrutement ?"

Passion du job

Une autre organisation ne plaçant jamais les diplômes en haut de sa check-list est A.S Adventure. "Pour nos fonctions commerciales, le diplôme du candidat n’est pas important", intervient Valerie Van Bruwaene, responsable du recrutement et de la sélection.


"Même les candidats sans diplôme d'humanités peuvent parfaitement postuler chez nous pour un job de vendeur dans nos magasins, tout comme une personne diplômée en sinologie. Ce qui importe chez nous, c’est la passion du job, la disposition à travailler en équipe, la personnalité et la motivation."


Pour une fonction au siège d’A.S. Adventure, les diplômes pèsent par contre un peu plus. "Surtout pour les débutants, parce que le diplôme nous informe sur leurs capacités. Mais dès que nous recherchons des profils plus expérimentés, c’est principalement l’expérience qui compte."

Personnalité et motivation

A.S Adventure tente, grâce aux assesments, d’estimer si les candidats sont capables d’un certain niveau de réflexion. "Les diplômes peuvent tout aussi bien vous induire en erreur. Il arrive souvent que des bacheliers soient davantage capables d’avoir une meilleure vue d’ensemble que les diplômés en master", poursuit Valerie Van Bruwaene.


La chaîne outdoor se targue d’être une organisation offrant de l’espace et des opportunités à ses collaborateurs. Cela se traduit aussi par les chances qui leurs sont données. "Nous avons des diplômés qui ont démarré ici en bas de l’échelle, en deçà de leur niveau mais qui, parce que nous sommes une grande organisation avec suffisamment de possibilités d’évolution, ont l’opportunité de grimper", explique Valerie Van Bruwaene.


Chez A.S. Adventure, la personnalité et l’engagement font bien meilleure impression que le diplôme", ajoute-t-elle. "En tant que porte d’entrée sur le marché de l’emploi, le diplôme est encore trop souvent un must absolu, un signe que l’on a acquis des connaissances. En revanche, le plus important est d'avoir le contrôle sur tout ce que vous en retirez."


(EH) (SC) Illustration : (jvdv) – Source : MARK Magazine 

Plus d'info Diplômes

11/05/2017