Que faire si votre entreprise dépend d'une seule personne ?

Zlatan Ibrahimovic, capitaine et vedette de l'équipe nationale suédoise de football.

Les succès des équipes dépend trop souvent d'une seule personne. Tant que tout se passe bien, il n'y a aucun problème. Mais si celle-ci s'en va, votre entreprise est-elle capable de travailler sans elle ?

Que deviendrait l'équipe nationale suédoise sans sa superstar, capitaine et enfant terrible Zlatan Ibrahimovic ? Idem pour le basketteur américain Lebron James. Lorsque ce dernier a quitté les Cleveland Cavaliers en 2010, son équipe a perdu 26 matches d'affilée.


Le sport et la culture sont des secteurs où il arrive qu'une seule personne puisse faire une énorme différence, qu'il s'agisse de prestations ou d'un point de vue financier. Lorsque le danseur prodige ukrainien Sergei Polunin claqua la porte du Ballet Royal, la compagnie du ballet dut faire face à des soucis financiers.

Le syndrome Tom Ford

Dans le monde des affaires, la perte d'une personne clé peut avoir des conséquences dévastatrices. En quelques mois, le groupe d'investissement britannique Gartmore a perdu ses deux meilleurs gestionnaires de fonds, ce qui a fait fuir les clients en masse. Peu de temps après, la valeur de l'action Gartmore a réduit de moitié. La société a finalement été reprise par sa rivale Henderson Global Investors.


Cependant, le cas de Gartmore est exceptionnel car les entreprises ne dépendent généralement pas autant d'une personne ou d'un petit nombre d'employés. Attention, le départ d'un gérant, d'un vendeur ou d'un concepteur peut tout de même avoir un certain impact.


Il s'agit surtout de l'industrie créative qui doit faire face à de tels soucis. Lorsque le développeur Tom Ford quitta la maison de Mode Gucci il y a dix ans, tout le monde craignait le pire pour l'avenir de la marque. La presse spécialisée évoqua même le "syndrome de Tom Ford". Depuis lors, ce terme est utilisé dans le monde de la mode lors de la perte d'un personnage clé d'une entreprise et que son avenir en péril.

Formation

Les stars du sport ou concepteurs de haut niveau ont souvent plus de pouvoir que les patrons de l'organisation au sein de laquelle ils évoluent. Les entreprises ne peuvent souvent rien y faire. Toutefois, la poursuite d'un certain équilibre peut aider, de même que la planification et la formation des éventuels successeurs.


Les clubs de football professionnels, et plus particulièrement ceux de notre pays, font face à ce phénomène depuis bien longtemps. Si un de leurs meilleurs éléments est racheté par un club étranger, ils doivent disposer de jeunes talents capables de prendre la relève.


(wv) – Source : MARK Magazine 

Plus d'info Heureux au travail , Développement personnel

21/02/2018