Que faire pour lutter contre les stéréotypes ?

Sans nous en rendre compte, nous sommes souvent tant convaincus de la vérité des stéréotypes que nous commençons y croire.

Les stéréotypes peuvent vraiment vous mettre des bâtons dans les roues. Il est par exemple particulièrement frustrant de ne pas être pris au sérieux si l’on est trop jeune, une femme dans un monde d’hommes, ou encore lorsque l’on a plus de 50 ans, que l’on est allochtone, faiblement scolarisé ou introverti. Saviez-vous que vous risquez fort d’en rajouter vous-même, et ce de manière inconsciente ?

Qu'a donc découvert l'Université de Stanford ? Que les hommes et les femmes commencent leurs études universitaires avec un même niveau de compétences mais que, en fin de parcours, les hommes décrochent généralement des grades plus élevés que les femmes.


Dans les branches relatives aux mathématiques, les femmes se défendent par exemple aussi bien que leurs homologues masculins les premières années mais, lorsqu’il s’agit d’étudier les mathématiques supérieures par le suite, elles prestent tout à coup moins bien.


C’est ainsi que l’on voit déjà apparaître certains stéréotypes : les hommes doivent être de manière générale plus intelligents que les femmes, et certainement dans des branches comme les mathématiques.

Processus inconscient

Par une série d’expériences ingénieuses, les chercheurs de l'Université de Stanford ont mis le doigt sur la pièce manquante du puzzle des stéréotypes. Ils ont découvert que, sans même nous en apercevoir, nous sommes si persuadés du bien-fondé des stéréotypes que nous commençons à y croire. Le processus est inconscient et peut donc parfaitement s’associer à notre sentiment d’injustice lorsque d’autres personnes utilisent des stéréotypes à notre encontre.

Jeux de rôles importants

A partir du moment où vous parvenez vous-même à comprendre qu'il vous arrive de 'stéréotyper', vous avez franchi une véritable étape. Le simple fait de prendre conscience de la manière dont cela fonctionne diminue la force du phénomène. L’antidote le plus efficace est que vous puissiez évoquer des personnes démontrant clairement qu'un stéréotype ne tient pas debout.


Si vous êtes jeune et que vous ne vous sentez pas pris au sérieux, consacrez un peu de temps à la lecture de l’histoire de Marc Zuckerberg. Vous avez l'impression d'être traité avec condescendance parce que vous n’avez pas de diplôme ? Apprenez comment Steve Jobs, dès son plus jeune âge, a pu obtenir tout ce qu’il a eu. Vous avez plus de 50 ans et vous sentez déclassé ? Sachez que Ronald Reagan avait 70 ans la première fois qu’il est devenu Président des Etats-Unis. Vous êtes une femme âgée ? Creusez un peu pour savoir ce que Dilma Rousseff, Présidente brésilienne, a réalisé à partir de ses 64 ans.

Prudence avec le talent

Le talent est très recherché mais a aussi son revers de la médaille. Grâce à une enquête de l'Université de Stanford, nous savons que croire au talent s’apparente avec une pensée du style 'on l’a ou on ne l’a pas'. Si vous croyez cela, vous vous mettez directement des limites dans le développement de compétences dans lesquelles vous ne brillerez jamais sans effort.


La potion magique ? Quelle que soit la hauteur de votre talent, continuez à vouloir améliorer vos prestations en travaillant dur. Comme Sabine Appelmans nous l’apprenait : 'Travailler dur l’emporte sur le talent, lorsque le talent ne fonctionne pas bien'.


(EH) (SC) Dr. Jan Van der Vurst est le dirigeant de Kenaz, un bureau international de formation et de conseil. Il est aussi l’auteur de l'ouvrage 'Impact : influence sur base du respect'. 

Plus d'info Les plus de 50 ans , Jeune diplômé , Collègues , Patrons , Travail d'équipe , Heureux au travail , Equilibre vie privée/professionnelle , Pourquoi je ne trouve pas de job ? , Débutants , Développement personnel , Discrimination

09/05/2017