Quand Al-Quaïda réprimande l’un de ses collaborateurs

Mokhtar Belmokhtar alias « le borgne »

Les ‘employés’ de l’organisation terroriste Al-Quaïda doivent aussi respecter leurs engagements, sous peine de se faire rappeler à l’ordre. Celui qui oublie d’assister à une réunion ou qui ne remplit pas ses notes de frais peut s’attendre à une lettre de la part de la direction.

C’est ce qui est arrivé à Mokhtar Belmokhtar, qui appartenait à la branche nord-africaine d’Al-Quaïda mais n’était pas apparemment pas un terroriste exemplaire : il répondait rarement au téléphone, n’était jamais présent lors des réunions et, qui plus est, n’avait participé qu’à une seule opération terroriste majeure !

Finalement, après maintes remarques, les patrons du terroriste réfractaire lui ont adressé une lettre énumérant une trentaine de points que Belmokhtar devait améliorer. Nous le savons grâce à des documents découverts par l’agence de presse IP.

Ils se plaignent notamment de son insubordination mais lui reprochent aussi quelques faits très concrets : ainsi il aurait fait preuve d’une compassion intolérable en exigeant une rançon de seulement 900.000 dollars suite à l’enlèvement de plusieurs diplomates canadiens.

Belmokhtar, lui, en a eu marre des remarques émanant de sa hiérarchie : il a démissionné et décidé de fonder sa propre organisation. Depuis, il a revendiqué deux attentats faisant 101 victimes : la prise d’otage sur un site de production gazière en Algérie en janvier et le double attentat au Niger il y a une semaine.

Plus d'info Comportement indésirable au travail

31/05/2013