Pouvez-vous choisir où et quand vous travaillez ?

Un(e) employé(e) sur quatre peut choisir où et quand il/elle travaille. Figurez-vous parmi les plus chanceux ? Si non, en voici la raison…

16 novembre 2018

Partager

1 sur 4

Le nombre d'employé(e)s pouvant choisir où et quand travailler a augmenté de 35% au cours des quatre dernières années. En 2013, seuls 17% des employés belges pouvaient choisir leurs horaires et leur lieu de travail contre 23% aujourd'hui. Les personnes titulaires d'un diplôme supérieur et les jeunes diplômés (35 ans : 56%, 35-44 ans : 45%, plus de 45 ans : 36%) ont le plus de libertés de choix au niveau de leurs horaires et/ou leur lieu de travail.

"De nombreux emplois ne permettent tout simplement pas une flexibilité en termes de temps et d'espace mais, dans de nombreux cas, c’est simplement la culture organisationnelle qui s’y oppose", déclare Hermina Van Coillie, experte en recherche et en ressources humaines chez Securex. L'enquête a été réalisée dans le cadre de l'étude de référence biennale du fournisseur de services RH Securex. Au début de l’année 2017, 1.552 salariés du marché du travail belge ont été interrogés.

Plus souvent dans les grandes et les petites entreprises

Les entreprises entre 10 et 99 employés et entre 250 et 499 employés sont moins susceptibles de laisser choisir leurs travailleurs, et ce par rapport aux entreprises encore plus grandes et plus petites.

Le secteur des services informatiques et de l'Internet offre la plus grande flexibilité. 67% des employés de ce secteur indiquent avoir le choix d’établir leurs horaires et de définir leur lieu de travail. Le secteur des assurances (65%) obtient également des résultats supérieurs à la moyenne.

Cause : problème de mobilité

Le problème de la mobilité est une incitation majeure à la flexibilité en termes d’horaires et de lieux de travail. Les employés ayant moins de flexibilité considèrent leurs trajets comme plus éprouvants (47% contre 31%), ce qui signifie qu'ils sont d’autant plus susceptibles d'opter pour de la flexibilité. Ils devraient être encore plus nombreux d’ici les mois et les années à venir.

Avantages

Bonne nouvelle pour les employés qui disposent de flexibilité en matière de temps et d’espace de travail. Ceux-ci :

  • ont plus souvent l’impression de disposer de suffisamment de temps pour faire leur travail (74% contre 59%)
  • ont un meilleur équilibre vie privée-vie professionnelle (80% contre 65%)
  • courent moins le risque d'être victimes de burn out (15% contre 19%)
  • prennent plus de décisions au travail (80% contre 57%)
  • atteignent plus souvent leurs objectifs (86% contre 78%)
  • prennent généralement plus d'initiatives (83% contre 69%)

Passer moins d'heures au bureau ne signifie pas que les liens avec l'organisation diminuent

Les employés qui peuvent choisir leur lieu ou leurs horaires travail sont eux-mêmes plus fidèles aux valeurs de leur entreprise (84% contre 69%) et se retrouvent mieux dans le mode de fonctionnement de l'organisation (76% contre 55%). Ils se sentent plus comme chez eux (84% contre 68%) et sont plus satisfaits de la politique de changement (85% contre 63%).

"Travailler occasionnellement à la maison ou en dehors des heures de bureau traditionnelles ne réduit pas forcément le nombre de relations avec les collègues. Au contraire, même ceux qui peuvent choisir sont plus satisfaits de leur équipe et de leurs collègues (89% contre 73%). Ils se sentent même plus connectés à leur employeur (90% contre 75%)", déclare Hermina Van Coillie de Securex.

Inconvénients

Voici d’autres conclusions on ne peut plus claires. Les employés qui disposent de flexibilité en matière de temps et d’espace de travail :

  • travaillent plus dur (35% contre 24%) que les employés ne bénéficiant pas de flexibilité
  • ont une charge de travail plus élevée (63% contre 53%)
  • effectuent plus d'heures supplémentaires (50% contre 36%)
  • disent plus souvent qu'ils font des efforts supplémentaires pour leur organisation (79% contre 63%)
  • se sentent plus souvent obligés de travailler (31% contre 24%)
  • se sentent plus coupables lorsqu'ils prennent un jour de congé (27% par rapport à 18%)
  • continuent à travailler presque deux fois plus souvent alors que leurs collègues qui sont déjà à la maison (30% contre 17%)
  • ont plus de charge de travail émotionnelle (38% contre 27%) et plus de soucis d’ordre privé (50% contre 34%)
  • sont plus souvent en manque d’affection dans leurs environnements professionnels et personnels (42% contre 23%).

"Il est également crucial que les employés puissent avoir le choix de travailler à domicile. Le télétravail ou les horaires flexibles ne sont pas un cadeau pour tout le monde. Certaines personnes travaillent mieux dans une structure claire or celle-ci s’avère parfois absente en cas de flexibilité. De plus, la culture organisationnelle doit correspondre à la flexibilité offerte sur le lieu de travail et la soutenir", affirme Hermina Van Coillie, experte en recherche et en ressources humaines chez Securex.

"Si, en tant qu'organisation, vous décidez d'introduire plus de flexibilité sur votre lieu de travail, cela ne se fait pas à la légère. Il est important que les employeurs fassent confiance à leurs employés sans qu’ils soient physiquement présents dans les bureaux. Ils doivent se dire qu'ils feront leur travail aussi bien voire même mieux. Il est essentiel que les patrons évaluent leurs employés en fonction du processus et des résultats de leur travail et non du nombre d’heures prestées."

(eh/ll) – Source : Securex

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.