Pourquoi un jeune patron a-t-il plus de succès ?

Les jeunes cadres et responsables âgés entre 20 et 34 ans marquent généralement plus de points que leurs aînés auprès de leurs collaborateurs. Tel est le résultat frappant d'une enquête menée par la KU Leuven.

Les enquêteurs de la KU Leuven et de l’institut néerlandais Gak ont offert à quelque 540 000 travailleurs la chance unique d’évaluer leur patron en toute honnêteté et sans aucun tabou. Au total, ce sont quelque 122 000 responsables, répartis entre la Belgique et les Pays-Bas, qui ont été évalués.

L’évaluation se base sur une vaste enquête comprenant des questions concrètes allant de "Votre patron crée-t-il une bonne atmosphère au travail ?" à "Votre patron ose-t-il trancher ?" ou encore "Respecte-t-il ses engagements et ses obligations ?". Les conclusions sont surprenantes : les jeunes responsables, âgés entre 20 et 34 ans, obtiennent généralement de meilleurs résultats que leurs aînés.

« Les jeunes managers agissent en moyenne mieux sur tous les plans, tant sur l’aspect des tâches que sur les relations avec les supérieurs ou les collaborateurs. Leur style de leadership est plus apprécié », déclare Jana Deprez. Enquêtrice de la KU Leuven, elle est active dans la psychologie des organisations et travaille à cette étude depuis un an et demi.

« Les jeunes managers obtiennent de meilleurs résultats dans tous les styles de leadership et au niveau de tous les comportements de leadership, qui sont considérés comme positifs par les salariés. »

6 raisons pour lesquelles un jeune manager s’en sort mieux qu’un plus âgé

Jana Deprez explique en quoi les différences entre jeunes responsables et seniors peuvent être clarifiées.

1. Plus de dialogue

Les jeunes responsables ont moins tendance à imposer leurs recommandations et se montrent plus en accord avec les souhaits de leurs collaborateurs. Selon leurs subordonnés, les jeunes managers agissent de manière plus démocratique : les décisions se prennent plus facilement en groupe, de manière collégiale. Cela vient vraisemblablement du fait que les jeunes responsables ont un niveau plus élevé de formation. En effet, lors de leurs études, ils ont porté plus d’attention aux compétences sociales et à l’esprit d’équipe qu’on ne le faisait auparavant. Leur futur style de leadership est donc impacté de la sorte.

2. Plus de vision

Curieusement, les jeunes managers rehaussent aussi le niveau en matière de communication et de vision d’avenir au sein de l'entreprise. Ils prennent leur rôle de patron à cœur, sont en général plus actifs, et s'investissent corps et âme dans leur fonction.

3. Ils se souviennent de ce qui les dérangeait chez leur ancien chef

Les jeunes managers se sont convertis de l’état de subordonné à celui de donneur d’ordre. Ils se souviennent très bien de l’idée qu’ils se faisaient d’un bon chef, ont la mémoire fraîche et savent ce qui les dérangeait chez leur propre patron. Il leur arrive souvent de penser : "je veux et je vais le faire d'une autre manière, mais en mieux". Pour un jeune manager, devenir responsable est une prise de conscience qui le pousse à réfléchir à la façon dont il va exercer son rôle.

4. Meilleur coaching

Les jeunes responsables offrent plus de coaching et de soutien à leurs collaborateurs.

5. Déléguer plus facilement

Les travailleurs indiquent que les managers plus âgés trouvent en général plus difficile de déléguer et affichent, afin d’échapper aux conflits, plus d’indulgence face aux plaintes des collaborateurs.

6. Plus de temps pour devenir un bon chef

Les supérieurs plus âgés ont des tâches intrinsèquement plus difficiles et ont moins de temps à consacrer au people management. Un jeune dispose en revanche de plus de temps pour se dédier aux tâches de management pur.

Conclusion

La relation entre un jeune manager et ses collaborateurs est en général plus appréciée. Mais il y a tout de même de bonnes nouvelles pour leurs aînés : leurs résultats ne sont pas mauvais sur tous les plans. « En chiffres absolus, leur évaluation est relativement bonne. Ils sont notamment meilleurs dans le "leading by example", estiment leurs collaborateurs. Ils fixent des objectifs plus élevés et travaillent dur pour les atteindre », conclut Jana Deprez de la KU Leuven.

(EH) (SC) 

Plus d'info Patrons

15/07/2014