Pour faire avancer sa carrière, plutôt coucher que d’aller sur LinkedIn !

seks met baas

Pour faire carrière, les employés américains trouvent plus efficace de s’envoyer en l’air avec leur boss plutôt que de réseauter sur LinkedIn.

C’est en tout cas, les conclusions d’un sondage mené par Adecco auprès de mille travailleurs américains.

Sans trop de surprises, 6 % des répondants affirment qu’ils souhaitent être « amis » avec leur patron sur le réseau professionnel LinkedIn pour booster leur carrière. Rien de surprenant jusque-là.

Mais le plus frappant c’est que 9% d’entre eux disent qu’ils sont aussi prêts à s’envoyer à l’air avec le patron ou la patronne pour accélérer leur évolution professionnelle.

« Ce résultat enfreint tous les codes de conduites d’une stratégie de ressources humaines digne de ce nom", a commenté le consultant, Jay Weiss chez JGI.

Travailler dur ?

« Il est inquiétant que tant de personnes pensent que c'est la bonne voie à suivre pour progresser en entreprise plutôt que de travailler dur » poursuit le consultant.

9 % des sondés sont “entièrement d'accord” avec l’idée qu’une relation sexuelle avec leur supérieur permet de prendre de l’avancement et 7 % “plutôt d'accord”.

Seulement 3 % des personnes interrogées pensent qu’être ami sur Facebook avec leur patron peut aider leur carrière.

Facebook & Co

82 % des employés interrogés affirment qu'ils ne sont pas amis avec leur patron sur des sites de réseaux sociaux comme Facebook, LinkedIn, Twitter, ou Four Square.

Quand un patron fait une demande à un employé, 34% des femmes se sentent obligées d’accepter l’invitation pour 24% des hommes.

Par ailleurs, plus de femmes que d’hommes utilisent leurs paramètres de confidentialité en ligne.

Un patron démocratique et visionnaire : chimère ?

Le sondage révèle que la plupart des travailleurs considèrent que leur supérieur manque de vision.

C’est pourtant un des atouts pour être un bon patron, aux dires des personnes interrogées par Adecco, de même qu’un mode de direction démocratique.

Elles sont 8% a considéré que leur supérieur ne dispose pas de cette qualité. Pourtant, un travailleur sur trois assure qu’il veut la place de son boss. Comprend qui pourra...

(fr)

Plus d'info Médias sociaux , Amour et sexe , Réseauter

25/11/2010