Nos diplômés subissent le déséquilibre entre formation et profession

Deux études, l'une française, l'autre belge, se sont intéressées au même phénomène, celui du déséquilibre entre emploi et formation ou niveau d'étude.

En France comme en Belgique, de nombreux diplômés exercent une profession qui n’est pas en rapport avec leurs études. La KUL (Katholieke Unversiteit Leuven) a étudié le déséquilibre structurel entre l’offre et la demande de diplômés.

Comparé à d’autres pays, les diplômés belges ont plus de chances de commencer un job qui ne correspond pas à leur niveau d’études. Des recherches antérieures avaient montré que le phénomène touche souvent les personnes issues de formations à caractère général. Un système d’enseignement qui mise davantage sur des orientations spécifiques pourrait réduire le phénomène.

La France fait le même constat. Les jeunes professionnels un sondage réalisé par l'Ifop et Rumeur publique révèle des jeunes professionnels déçus, sous-employés par rapport à leur niveau de diplôme, avec des salaires au rabais. C’est cette génération précaire de jeunes adultes de 18 à 30 ans qui continuent à vivre chez leurs parents.

Une forme d’optimisme semble cependant les caractériser. La plupart espèrent encore trouver un job conforme à leurs attentes. Beaucoup de Français misent sur la mobilité et se disent prêts à changer de métier, de région ou carrément à s'expatrier.

Selon les chercheurs de la KUL, la mauvaise conjoncture accentue ce phénomène de disparité entre formation et profession. Pour améliorer la situation, la meilleure stratégie sera probablement une combinaison de mesures en matière de politique d’emploi, politique d’enseignement et économie.

(sdb) – Source : Capital.fr, KUL 

Plus d'info Diplômes , Débutants

03/12/2013