Négociation salariale : voyez au-delà du brut

Saliaire: voyez au-delà du brut

Bien négocier son salaire signifie être capable d’analyser ses revenus dans leur globalité. En tenant compte des avantages extra-légaux proposés et de leur fiscalité, qui n’est pas toujours facile à comprendre. Vade-mecum

Lorsque votre employeur vous verse 100 euros de salaire brut, vous en percevrez moins de la moitié en net...

Dans ces conditions, la plupart des avantages extra-légaux restent plus intéressants qu’une hausse de salaire, tant pour le salarié que pour l’employeur.

Mais ces avantages sont soumis à des régimes fiscaux divers.

1. Avantages de toute nature

Il s’agit par exemple d’ une voiture de société, d’un GSM, d’un abonnement à internet ou encore d’un ordinateur portable.                                             

Considérés comme un revenu professionnel à part entière, ils sont soumis à l’impôt. La plupart du temps (et dans tous les exemples présentés ci-dessous) le montant imposable est évalué de manière forfaitaire.

Ce système, par exemple pour les voitures de société reste très avantageux, et cela, même avec les évolutions légales récentes en faveur d’un parc plus écologique.

Car le forfait imposé reste très inférieur à la valeur réelle de l’avantage.

En savoir plus sur la fiscalité des voitures de société           

2. Remboursement des frais professionnels

Vos frais de voyage, de déplacement ou de représentation peuvent également être pris en charge par votre employeur : celui-ci les déduira entièrement et pour vous, ils seront évidemment totalement exonérés d’impôts, car dépendants totalement de votre activité professionnelle.

Peut-on cumuler chèques repas et frais de restaurant ?

3. Avantages extra-légaux

Ces derniers ne sont pas imposables dans le chef du travailleur, mais restent soumis à des plafonds spécifiques.

C’est le cas par exemple des chèques repas, des chèques verts, d’une assurance hospitalisation ou encore d’un plan de pension complémentaire.

Le plan de pension est une forme intéressante de report de salaire. Chaque mois, votre employeur met de côté un certain montant qui, le jour de votre pension, peut se révéler considérable.

En chiffres :

  • Des chèques repas représentent un revenu de 4,9 euros par jour soit 1078 euros par an
  • Une assurance hospitalisation peut revenir à un montant de 360 euros par an financé par l’employeur;
  • Un plan de pension complémentaire peut représenter un montant de 1250 euros par an financé par l’employeur.
                              

(fr)                               

Plus d'info Gagner plus / moins

06/08/2010