Les têtes grises prennent leur revanche !

Des têtes grises

83% des PME souhaitent garder jusqu'à 65 ans les travailleurs âgés de 50 ans ou plus, mais sous conditions … En cette période de guerre des talents, les têtes grises sont une cible de choix : ils offrent l'expérience, la stabilité, et une bonne attitude face au travail.

Chassés trop vite et trop tôt de la sphère professionnelle belge pour des raisons culturelles et législatives (merci aux systèmes de prépension et autres…), nos seniors ont, au vu d'une étude SD Worx, encore de beaux jours actifs devant eux. C'est une cible de choix pour la PME qui doit trouver des talents alors que l'offre se rétrécit. Souvent, elle doit former ses recrues. Avec les seniors, elle dispose d'une main d'œuvre expérimentée, directement opérationnelle et peut moins craindre qu'elle ne s'enfuit ailleurs : le senior connaît les jeux de pouvoir qui peuvent ébranler l'échiquier humain d'une grande entreprise et risque moins d'avoir encore envie de s'y frotter.

A quelles conditions ?

Les têtes grises sont bienvenues, à condition naturellement de rester en bonne santé, de garder leur motivation intacte, ainsi que de pouvoir suivre le rythme de travail. Ce sont les conditions imposées par la moitié des employeurs pour les garder à l'effectif. Dans ce cas, leur expérience, leur attitude au travail et leur mentalité apportent à l'entreprise une valeur ajoutée significative.

Quels sont les principaux motifs pour les non partisans de l'emploi des seniors (soit près de 20%) ? La forte pression de travail, le manque de motivation et le manque d'efficacité. Le coût salarial n'intervient donc pas en première place. Ce sont surtout les jeunes chefs d'entreprise (< 35 ans) qui le voient comme un obstacle. Les PME flamandes posent davantage de conditions que leurs homologues en Wallonie et à Bruxelles.

Et que veulent les seniors ?

  • Selon les employeurs des PME, trois quarts des travailleurs belges souhaitent prendre leur retraite avant 65 ans
  • Seuls 22% des hommes souhaiteraient travailler sans conditions jusqu'à 65 ans. En cas d'adaptation de la durée, du rythme et/ou du contenu du travail, ce pourcentage augmente considérablement.
  • A peine 7% des femmes souhaiteraient travailler sans conditions jusqu'à 65 ans.

Des seniors enfin réhabilités…Mais le veulent-ils ?

Sources : SD Worx
(sc)
 

Plus d'info Travailler plus longtemps , Pension

05/08/2013