Les start-ups optant pour l'e-commerce ont du mal à grandir

Avec CUBZZ, Wouter Cauwenbergh souhaite donner un maximum de chances aux enfants.

L'e-commerce a la cote. En principe, tout le monde peut acheter et vendre sur Internet. Les start-ups tirent leur épingle du jeu grâce à des partenaires qui les soutiennent d'un point de vue logistique, financier et juridique. Des projets tels 'CUBZZ' et 'Againagain!' y font appel. Ces deux initiatives se concentrent sur les enfants qui feront le monde de demain.

En 2017, le projet CUBZZ, une initiative de Wouter Cauwenbergh, souhaite se développer au travers de l'e-commerce. La mission de CUBZZ est de donner le plus d'opportunités possibles aux enfants. Tous les bénéfices de CUBZZ sont versés à des organisations ou à des projets dédiés au bien-être des enfants.

"J'ai lancé le projet CUBZZ en commercialisant un lait de soja chocolaté. Depuis quelques mois, nous comptons également quatre variantes de café CUBZZ produites par l'entreprise familiale Java basée à Rotselaar", explique Wouter Cauwenbergh. "A terme, mon intention est d'offrir un assortiment de produits et de services de consommation respectant tous le même principe : celui de la qualité et, même si le prix est parfois un peu plus élevé, les bénéfices sont utilisés pour rendre le monde meilleur."

Revenez dans dix ans…

Dans sa recherche d'un partenaire logistique, Wouter Cauwenbergh s'est plusieurs fois retrouvé face à de grandes entreprises de logistique. Celles-ci lui ont suggéré de revenir dans dix ans quand son entreprise serait plus grande.

"Via différentes personnes de contact, je suis finalement entré en contact avec les entreprises Actius et VRD-logistics basées à Bornem. Elles croyaient en mon histoire ainsi qu'aux objectifs de CUBZZ et m'ont permis de développer mon business. Elles ne m'ont pas orienté vers des systèmes complexes et m'ont conseillé dès que j'en ressentais le besoin. Mes partenaires logistiques m'ont aidé à gérer mon stock, le transport, l'automatisation, l'e-commerce, le passage des douanes et les accises. Ils ont également apporté une belle contribution financière grâce au crowdfunding.

Moins d'inquiétude

'Des jeux de qualité pour les enfants, moins de soucis pour leurs parents : voilà ce qui résume le projet des sœurs Sarah et Greet De Wulf originaires de Kraainem. A la fin de l'année 2015, elles ont lancé leur entreprise 'Againagain!'.


againagain-fr

"Nous proposons des abonnements et, tous les trois mois, nos clients reçoivent un colis comprenant des jouets originaux de qualité. Nous fournissons tous les services qui y sont liés : livraison et retour des colis, nettoyage et entretien des jouets, sélection de jouets à haute valeur pédagogique et éducative. Les clients potentiels sont les enfants mais également les grands-parents, les parrains et les marraines."

Pénurie au niveau de la logistique

La boutique en ligne Againagain! est soutenue par la plate-forme en ligne Shopify. Celle-ci coordonne également les paiements récurrents. "Le back-end du site se fait encore de façon relativement manuelle et nous exportons des fichiers que nous encodons sous Excel afin de suivre tous les colis et toutes les actions. Nous travaillons avec les applications en ligne BPost et Kiala pour expédier nos paquets. Pour un service d'abonnement comme le nôtre, il est regrettable que tous les partenaires logistiques demandent l'équivalent de deux livraisons pour un retour. Le transport est la partie la plus coûteuse de notre structure de coûts. "En outre, le stockage est un problème." À l'avenir, Greet et Sarah veulent travailler avec un atelier protégé et utiliser un stockage limité. "L'idée est bien évidemment que nos jouets soient distribués au plus grand nombre d'utilisateurs possibles. Nous avons seulement besoin de soutien et d'un certain support logistique."

Les bonnes personnes

Les deux sœurs ont remarqué que n'importe quel partenaire pourrait leur être utile étant donné leur petite taille. L'un d'entre eux est 'Startit', une initiative de KBC visant à soutenir l'entrepreneuriat. "Ils nous ont beaucoup aidé, prodigué des précieux conseils et nous avons même eu la chance de participer à des workshops. Chaque start-up a son propre mentor qui suit le projet de près et fait en sorte que l'on rencontre les bonnes personnes au bon moment. Grâce à  'Startit', nous nous sommes immédiatement retrouvées dans une communauté de jeunes entrepreneurs et cela permet d'évoluer dans un environnement stimulant", concluent Sarah et Greet De Wulf.

Les start-ups nécessitent une approche différente

"Dans le secteur de l'e-commerce, il y a de la place tant pour les grandes entreprises que les PME et les start-ups. Les nouveaux entrants doivent être correctement guidés et pris en charge", explique Stefaan Stroobants, cogestionnaire du service logistique Actius. "Nous nous concentrons sur les PME et les start-ups. Nous réfléchissons avec elles. De plus en plus de nouvelles start-ups se joignent à nous. Il est évident que, en tant qu'entreprise, nous voulons faire des bénéfices à la fin de chaque journée. En revanche, en proposant une approche basée sur le soutien, vous pouvez apporter une certaine valeur ajoutée."

Approche flexible

Beaucoup de start-ups optent pour une externalisation quasi complète. "Les jeunes start-ups sont uniquement préoccupées par leur site web et sous-traitent toutes les autres activités. Elles visent un minimum d'investissement en matière de coûts fixes et cherchent un partenaire logistique flexible. Par conséquent, nous évitons des procédures trop lourdes. Il doit y avoir de place pour toutes les parties", conclut Stefaan Stroobants.

(eh/jy/bv) 

Plus d'info ICT , Jobs d'avenir

30/03/2017