Les professions intenses accélèrent le vieillissement

Qui exerce une métier éprouvant sera plus vite sur les rotules et vivra moins longtemps. Voilà un argument favorisant une retraite anticipée. L'impact d'une année de travail physiquement lourd sur la santé d'un travailleur est comparable à un vieillissement de 16 mois.

Plus vite au bout du rouleau

Le fait de ne pas avoir le contrôle de l'intensité de ses activités quotidiennes, ce qui est souvent le cas dans les professions éprouvantes, entraîne un effet de 6 mois de vieillissement supplémentaire. Telles sont les conclusions de la thèse de Bastian Ravesteijn, économiste de la santé à l'Université Erasme de Rotterdam.

Les discussions au sujet de la quantité de travail acceptable et de la pension anticipée pour les professions physiquement lourdes sont en plein essor en Belgique. Bastian Ravesteijn trouve que les personnes devant fournir de gros efforts devraient pouvoir lever le pied à l'âge de 50 ans. Cela éviterait qu'elles ne puissent plus rien faire par la suite à cause des dégâts infligés à leur organisme.

Peuvent-ils prendre plus rapidement leur retraite ?

Travailler plus longtemps signifie que les personnes effectuant un travail difficile sont plus susceptibles d'être en mauvaise santé, surtout en fin de carrière où elles sont plus 'vulnérables'. Une augmentation de l'âge de la retraite est désavantageux pour ces personnes qui vivront clairement moins longtemps.

Les professions physiquement les plus éprouvantes sont les suivantes : maçon, bucheron, facteur, boulanger et infirmier. Le top 5 des métiers souhaitant bénéficier d'une charge minimale de travail quotidien sont les travailleurs à la chaîne, les opérateurs de machines dans les usines chimiques, les maçons, les facteurs et les caissiers.

Bastian Ravesteijn a mené son enquête en utilisant des données relatives au travail et à la santé aux Pays-Bas et en Allemagne où des personnes furent suivies pendant 29 ans.

Mortalité prématurée

Bastian Ravesteijn montre ensuite que les personnes effectuant des professions ingrates sont trois fois plus susceptibles d'être en mauvaise santé que celles qui exercent des fonctions hautement qualifiées. Leur taux de mortalité est deux fois plus élevé et elles sont deux fois plus victimes d'incapacité de travail.

Une augmentation de l'âge de la retraite est donc désavantageux pour les individus ayant un emploi exigeant. S'ils doivent travailler deux années supplémentaires, cela impactera leur espérance de vie. Par contre, le fait que l'âge de la pension des personnes exerçant des métiers plus 'légers' (celles qui sont diplômées et dont les revenus sont plus élevés) soit revu à la hausse est une mesure censée, selon Bastian Ravesteijn.

Qu'est-ce qu'une profession 'éprouvante' ?

Il s'agit d'une problématique actuelle en Belgique. Beaucoup de débats fleurissent au sujet de la viabilité du travail et des emplois qui peuvent ou ne peuvent pas être catégorisés comme éprouvants. Le but est que les employés effectuant un travail difficile puissent bénéficier d'une retraite anticipée malgré l'augmentation de l'âge de la pension à 67 ans.

Les syndicats estiment que travailler dans des conditions dangereuses comme une chaleur ou un froid extrême doit être reconnu comme une profession éprouvante. Idem pour le travail répétitif, le travail ouvrier en équipe, les tâches émotionnellement lourdes et les postes exigeant un niveau de sécurité accru. Voilà ce que mentionne le journal De Tijd.

Pour les organisations représentant les employeurs, cela va trop loin. "Est-ce que quelqu'un a une idée précise des critères qui justifient qu'un travail et éprouvant ou non ?", demande Pieter Timmermans, chef de la Fédération des Entreprises Belges (FEB) sur Twitter. Les organisations d'employeurs veulent se limiter aux critères des conditions de travail difficile et au travail ouvrier par équipe.

Affaire à suivre…

(eh/jy) 

Plus d'info Santé , Travailler plus longtemps , Patrons , Prépension , Stress , Workaholic , Développement personnel , Discrimination

20/07/2017