Les introvertis ont-ils leur place au bureau ?

Les travailleurs introvertis ne sont pas suffisamment pris en compte. La mobilité accrue, la surcharge d’informations et la popularité des open spaces touchent non seulement à leur bien-être mais causent également de gros dégâts économiques. En effet, ils représentent tout de même un tiers de la population mondiale.

18 mars 2015

Partager

Les introvertis se différencient par nature des extravertis dans la manière dont ils réagissent aux évènements et aux circonstances qui leurs arrivent. Susan Cain, auteur du bestseller mondial "Le Calme ou le pouvoir des introvertis dans un monde qui n’arrête pas de parler", affirme que la culture occidentale moderne dévalorise les traits de caractère des introvertis et ne tient pas compte de leurs capacités. Non seulement, cela atteint leur bien-être mais, au regard de leur représentation dans la population mondiale (1/3), cela engendre de gros dégâts économiques.

Introverti ne veut pas dire timide

Un événement stimulant le système nerveux d’une personne introvertie aura plutôt tendance à provoquer chez cette dernière une impression d’invasion ou d’épuisement et sera moins susceptible de la faire agir, de l’impliquer. Selon Cain, la timidité n'a rien à voir avec l’introversion. "La timidité est l’angoisse du jugement social des autres. L’introversion se réfère plus à la manière dont quelqu’un réagit à un stimulus extérieur, notamment aux sollicitations sociales. Les personnes extraverties peuvent supporter de grandes quantités de stimuli, tandis que les introvertis se débrouillent mieux dans des environnements calmes et reposants."

10 attitudes caractéristiques des introvertis

  • Se retirent des grands groupes ;
  • Ne se sentent pas bien dans des discussions futiles, mais sont plus actifs dans des conversations profondes ;
  • Font volontiers des présentations sur un podium mais sont absents lors des débats qui s’ensuivent ;
  • Sont vite distraits mais s’ennuient rarement ;
  • Se sentent naturellement plus attirés par des métiers créatifs et individuels dans lesquels l’attention aux détails reste importante ;
  • Choisissent une place près de la sortie lorsqu’ils se trouvent dans un lieu public ;
  • Réfléchissent avant de s’exprimer ;
  • Ne se laissent pas vite contaminer par l’humeur générale, contrairement aux extravertis ;
  • Ont peine à accepter les appels téléphoniques imprévus ;
  • Se retirent lorsqu’ils sentent qu’ils manquent d’énergie et qu’il est temps pour eux d'être seuls.

Manque d’intimité sur le lieu de travail

Dans notre société actuelle, on a vite fait de mettre les introvertis au pied du mur. Cela va si loin que nous pourrions presque parler de crise de l’intimité, comme le souligne Steelcase, un spécialiste en environnement de bureaux. En effet, celle-ci peut s'étendre jusqu’au lieu de travail, notamment en raison de la mobilité accrue, de la surcharge d’information, de l’accent mis sur la collaboration et de la popularité des open spaces.


Selon une enquête menée par Steelcase au sujet de l’intimité au travail, il semblerait que 41% des personnes interrogées n’aient pas accès à des locaux où se retirer à certains moments de la journée. Ce type d’aspect témoigne d’un manque d’intimité et réduit leur bien-être ainsi que leur implication. De plus, le fait que les personnes aient du mal à se concentrer pendant une longue période en raison de trop nombreux stimuli conduit également à une baisse de la productivité et donc à des dégâts sur le plan économique", explique Steelcase.

En quoi consiste un environnement de travail pour personnes introverties ? 4 critères pour en juger

En résumé, il s'agit d'un environnement de travail respectant l’intimité, élément indispensable aux introvertis pour pouvoir se concentrer et prester de manière optimale.

1. Permis de s’isoler

Les environnements calmes dans lesquels nous pouvons travailler sans interruption facilitent la concentration et permettent l'émergence de nouvelles idées. Ce type d’espaces est important. Au sein de l’organisation, il est aussi nécessaire que l’on respecte le désir de certains de travailler de la sorte.

2. Pouvoir choisir son environnement de travail

Les introvertis sont plus sensibles aux stimuli externes comme la lumière et le bruit. De ce fait, ils ont davantage besoin de contrôler et de choisir leur environnement. A tout moment, ils doivent pouvoir opter pour un lieu de travail qui corresponde à leur état d’humeur et soit en lien avec les tâches qu’ils doivent assumer.

3. Equilibre des sens

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les introvertis cherchent une manière de stimuler leurs sens, et ce souvent sous la forme de sensations chaudes ou calmantes, comme la présence de bois naturel et d'autres matériaux organiques.

4. En sécurité (physique)

Les introvertis ont souvent le sentiment que tous les regards sont tournés vers eux. Ils ont régulièrement besoin d’un espace où ils peuvent à échapper à cette sensation et puissent être 'invisibles' des autres. Parce que les besoins d’intimité varient selon les individus et qu’ils peuvent évoluer selon les moments de la journée, chaque employeur devrait offrir un environnement de travail composé d’espaces adaptés aux différents besoins, tant des introvertis que des extravertis. Les travailleurs doivent pouvoir choisir eux-mêmes leur lieu de travail et arbitrer le niveau des stimuli externes auxquels ils sont exposés.


(EH) (SC) 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.