Les inégalités salariales explosent

L’écart de salaire entre les hauts cadres et la classe moyenne a atteint un pic historique en Grande-Bretagne. Les hauts salaires y ont augmenté de 4000 pour cent en 30 ans ! C’est ce qui ressort d’un rapport de la High Pay Commission.

Ce groupe de chercheurs mis en place par Compass, un centre de réflexion de centre gauche, a notamment constaté que le salaire de cadres dirigeants de certaines entreprises a augmenté de plus de 4 000% au cours des trente dernières années.

Le (mauvais) exemple des banques

Le salaire annuel du directeur général de la Lloyds Group Banking, dont une partie est supportée par le gouvernement britannique, a ainsi augmenté de plus de 3 000%. Il est en effet passé de 79 344 £ en 1980 à 2 572 000 £ en 2010. C’est 75 fois le salaire moyen d’un employé du groupe, contre ‘seulement’ 13,6 fois il y a 30 ans.

A l’échelle nationale, le creusement de ce déséquilibre est tout aussi important. En 1979, les 0,1% les mieux payés de la population recevaient 1,3% des revenus des britanniques. En 2007, ils en percevaient 6,5%. Et selon les estimations, le chiffre pourrait monter à 14% en 2035.

Néfaste pour l’économie

La « High Pay Commission estime que ces revenus trop élevés portent préjudice à l’économie du pays » témoigne la BBC News. Son rapport propose notamment d’obliger les entreprises à publier l’écart entre le salaire médian et celui des dirigeants.

Le ministre britannique de l’économie Vincent Cable a admis la portée négative d’un tel écart salariale et promet de considérer le rapport de la Commission.

De son côté, la présidente de la commission Deborah Hargreaves martèle qu’il « est inacceptable que 0,1% de la population reçoive chaque année de grosses augmentations lorsque les autres doivent se serrer la ceinture et faire des économies. »

Assiéger la Cité ?

Le discours résonne également de l’autre côté de l’Atlantique. Aux Etats-Unis, le mouvement Occupy Wall Street se veut être le symbole des 99% d’une population ‘normale’ protestant contre les 1% du capitalisme financier. Il faut dire qu’au pays de l’oncle Sam, les chiffres sont tout aussi inquiétants : entre 1979 et 2005, le revenu des 0,1% les mieux rémunérés a cru de 400%. Celui de l’Américain moyen de 21%.

Plus d'info Rémunération

09/12/2011