Les heures supplémentaires expliquent-elles la consommation excessive d’alcool ?

Vous prestez systématiquement des heures supplémentaires ? Vous aurez vraisemblablement plus envie que d'autres d’un verre de vin, d’une bière ou d'un alcool plus fort…

20 juillet 2018

Partager

Il est de plus en plus essentiel de mener une vie saine au bureau : les wearables, ces gadgets portables étudiant la santé des travailleurs, sont de plus en plus courants; les bureaux deviennent plus ergonomiques et leur aménagement plus stimulant; les restaurants d’entreprise s’orientent vers des recettes plus saines,… Mais de quoi faut-il tenir compte sur le lieu de travail ?

Effets secondaires nocifs

Marianna Virtanen travaille pour le Finnish Institute of Occupational Health et effectue des recherches au sujet de l’effet des heures supplémentaires sur la santé des travailleurs. Visiblement, travailler à outrance aurait peu d’effets positifs sur l'organisme. Avant cela, elle constatait déjà que l'excès de travail pouvait mener à des problèmes cardiaques, des dépressions voire même du diabète de type 2.

Alcool

Virtanen va même un pas plus loin et découvre un lien entre les heures supplémentaires et la consommation immodérée d’alcool. "Nous observons que travailler plus de 48 heures par semaine est associé à une consommation d’alcool présentant des risques pour la santé. Sous cette appellation tombent, à ses yeux, 14 verres par semaine pour les femmes et 21 pour les hommes. Bien que Virtanen ne puisse encore affirmer avec 100% de certitude qu’il y a bien un lien de cause à effet entre les heures supplémentaires et la surconsommation d’alcool, elle observe que les collaborateurs prestant de très longues journées de travail ont 12% de plus de 'chances' d’être alcooliques.

Travail en cours

L’enquête est encore en cours et nous indiquera par la suite s'il existe une différence entre le travail à domicile et les prestations au bureau. Il reste également à préciser à partir de combien d’heures supplémentaires une personne court le risque d’augmenter sa consommation d’alcool et si le fait d’aimer ou non son travail fait la différence. Qu’elles aient un effet ou non, Virtanen ne voit pas les heures supplémentaires d’un très bon œil. Elle souligne que - tous les autres effets négatifs pris en compte - prester systématiquement des heures supplémentaires devrait autant que possible être évité pour épargner la santé des travailleurs (et des supérieurs).

(eh/sc) Source : Hrsquare.be 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.