Les gauchers sont moins bien payés

Il semblerait que le monde ne soit pas toujours facile ni juste vis-à-vis des gauchers. En effet, les préjugés alimentent encore et toujours les écarts au niveau salarial. En revanche, cela n'a guère gêné Barack Obama, Leonardo da Vinci, Paul McCartney ou encore Beethoven tout au long de leurs parcours respectifs.

Bien que de nombreux gauchers aient réussi et soient devenus riches, l’enquête montre que ceux-ci gagnent en moyenne 12% de moins pendant leur carrière, en comparaison avec leurs homologues droitiers. Est-ce la faute de préjugés trop encrés, à une différence de fonctionnement du cerveau ou encore à l’éducation ?

Préjugé

Joshua Goodman, économiste à l'Université de Harvard, prétend que, depuis le Moyen Âge, les gauchers sont regardés de travers et ont moins la côte. La croyance populaire selon laquelle ils auraient plus de talents n’a circulé que plus tard. Ce mythe fut nourri par le fait que quatre des sept derniers présidents américains étaient des gauchers.

'Connexions cérébrales'

Goodman prétend également que les gauchers seraient plus sujets à des troubles du comportement, à la dyslexie et à des problèmes d’apprentissage. L’écart salarial de 12% correspondrait selon lui à la différence de revenus avec un individu ayant quitté l’école un an plus tôt. Il attribue le problème à des connexions cérébrales.

Parents

Mais… les gauchers dont la maman est gauchère présenteraient visiblement moins de retard cognitif. Alors que les enfants droitiers de mère gauchère seraient plus souvent confrontés à des difficultés d’apprentissage. Le problème se situerait ainsi dans la non correspondance entre la main la plus habile des parents et celle des enfants.


La théorie de Goodman précise que les enfants auraient des difficultés à copier leur mère en utilisant une main différente de la sienne alors que, que chez les bébés et les jeunes enfants, il s'agit d'une des méthodes d’apprentissage les plus importantes.


(EH) (SC) Sources : Vox.com / Dailymail.co.uk 

Plus d'info Gagner plus / moins

30/01/2015