Les étudiants travailleront bien plus en 2017

Depuis le 1er janvier 2017, une nouvelle réglementation autorise les étudiants à travailler 475 heures toute l’année à des conditions très intéressantes. C’est surtout pendant l’année scolaire que le travail étudiant sera effectué. Le défi principal sera de faire connaître les nouvelles règles auprès des entreprises et des étudiants.

Depuis le 1er janvier 2017, une nouvelle réglementation autorise les étudiants à travailler 475 heures toute l’année à des conditions très intéressantes. Dans l’ancienne réglementation, ils ne pouvaient travailler que 50 jours. A présent, un étudiant peut travailler dans une entreprise pendant l’année entière. Ce n’était pas possible avant, sauf sous le statut de travailleur normal.

Contrats annuels

Le nombre de mois qu’un étudiant peut travailler chez le même employeur sous convention d’étudiant augmente lui aussi pour passer de 6 à 12. Cela permettra aux employeurs de conclure des contrats pour une durée d’un an et, par exemple, d’engager un étudiant pour un jour de week-end toute l’année ou durant les deux mois d’été.

Autre amélioration ; les étudiants qui veulent travailler plus de 475 heures jours par an ne seront pas sanctionnés. Celui qui travaille plus tombera à partir de la 476ème heure sous le statut d’employé avec la sécurité sociale qui en découle.

Accueil positif

Beaucoup d’avantages donc, mais cette nouvelle législation n’est pas encore très connue pour l’instant. « Tant chez les étudiants que dans les entreprises, seule une minorité est au courant », explique Jan Denys, Directeur Corporate Communication chez Randstad, qui a mené une enquête auprès de 400 entreprises et 500 étudiants. La nouvelle réglementation bénéficie d’un large consensus : plus de 8 entreprises et d’étudiants sur 10 sont positifs. Les adversaires ne seraient de l’ordre de quelques pourcents à peine.

Support pendant l’année scolaire

Et cela a ses impacts : les entreprises ont clairement l’intention d’instaurer davantage de travail d’étudiant. « La plus grosse augmentation, nous la constatons pendant l’année scolaire. Les entreprises souhaitent augmenter le nombre d’étudiants de 56%. Mais les vacances d’été restent la période principale pour engager des étudiants. »

Les étudiants veulent également travailler davantage sous le nouveau contrat d’étudiant.

Impact sur l’ensemble du marché du travail

« Peut-être y aura-t-il moins d’étudiants qui iront travailler sous le statut de travailleur normal. Les travailleurs intensifs pourront déjà travailler 475 heures dans le nouveau régime pour éventuellement passer par la suite au statut de travailleur. C’est logique que cela se passe ainsi », nous dit Jan Denys de Randstad : « Nous pouvons donc prédire à coup sûr que la nouvelle réglementation en 2017 aura une influence positive sur le travail des étudiants en particulier mais aussi sur le marché du travail en général. Le seul facteur incertain à ce niveau est naturellement la situation économique. »

Plus d'info Etudiant jobiste

25/01/2017