Les entreprises empruntent de plus en plus aux particuliers

Les PME ont plus difficile qu'auparavant pour obtenir un financement auprès des banques, ce qui inhibe leur développement. Par conséquent, celles-ci cherchent des formes alternatives de financement telles que le crowdlending où les particuliers prêtent directement aux entreprises. Cela permet aux sociétés d'attirer de plus en plus d'investisseurs.

15 juin 2016

Partager

"notre problème principal est le suivant : comment financer notre croissance ?", celle van genechten, directeur de l'entreprise integratech basée à scherpenheuvel.

"Nous sommes une entreprise comptant 19 employés et officiant depuis 2010 dans la technologie LED. Nous livrons des éclairages économes en énergie à des distributeurs et installateurs. Ces dernières années, tout le monde a connu une croissance de 50% pour atteindre un chiffre d'affaires total de 4,8 millions d'euros", explique Celle van Genechten, directeur de l'entreprise Integratech basée à Scherpenheuvel.


"Notre principal problème est de savoir comment financer cette forte croissance ? Les banques classiques telles que KBC et Belfius nous ont déjà financé à hauteur de 2 millions d'euros, et ce notamment pour notre bâtiment. Pour pouvoir grandir rapidement et être en mseure de répondre aux demandes des clients, nous avons besoin de grandes quantités de matériaux. Pour ce faire, nous sommes allés à la recherche d'un financement alternatif."


Via un premier tour auprès de connaissances et de membres familiaux, Integratech a généré un prêt de 200.000 euros. "De plus, nous avons trouvé une source de financement au travers de la plate-forme de crowdlending appelée Look&Fin. Lors d'une première levée de fonds en 2015, nous avons récolté 186.000 euros. Nous opérerons vraisemblablement une seconde demande par la biais du crowdlending."

Aucun crédit pour la croissance de l'entreprise

"Les banques ne s'engagent généralement que pour des achats et rarement pour des besoins de capitaux. Il n'existe malheureusement pas de 'crédit pour la croissance d'une entreprise' ", déclare Frédéric Levy Morelle, CEO de Look&Fin. "Notre plate-forme compte 15 000 membres qui peuvent réagir en ligne sur demande des entreprises. Dans un délai de dix jours, ils ont la possibilité de participer à un projet. Nous utilisons trois critères pour sélectionner les candidats potentiels. L'entreprise doit être belge ou française, trois comptes annuels doivent être déposés et le chiffre d'affaires doit être d'au moins 300.000 euros."

Système d'évaluation

Look&Fin effectue notamment une analyse financière sur la capacité des remboursement et classe les entreprise en cinq catégories selon un système de points. "Un emprunteur potentiel de catégorie A a une forte capacité à remplir ses obligations financières. La catégorie E concerne des sociétés aux caractéristiques hautement spéculatives", précise Frédéric Levy Morelle.


"Les financements que nous fournissons ont une durée allant de 1 à 5 ans et couvrent les prêts subordonnés sans garanties. Le rendement pour les membres se situe entre 6% et 12%. Nous avons déjà financé une soixantaine de sociétés par le biais du crowdlending, et ce pour un total de 7,5 millions d'euros. Nous essayons en permanence de répondre le plus rapidement possible aux besoins de financement des PME. Etant donné qu'une PME sur trois a besoin d'un financement à court ou à moyen terme, il y a encore un énorme potentiel pour cette méthode alternative de financement."

Salaire pour deux représentants

L'année passée, Look&Fin a prêté 100.000 euros à la société EasyDay basée à Anderlecht et active dans le secteur de la conciergerie de bureau. "Notre mission est de fournir des ressources aux entreprises afin de mieux valoriser leur masse salariale. Nous offrons des services aux employés pour améliorer leur environnement de travail, simplifier leurs tâches quotidiennes ou augmenter leur pouvoir d'achat. En ce qui nous concerne, nous proposons un service de blanchisserie, de car wash, de soins et de bien-être sur le lieu de travail, etc", raconte Benjamin Bertho, directeur de EasyDay.


"Nous levons des fonds via le crowdlending pour financer des campagnes marketing. Les banques n'octroient aucun crédit à ce niveau. La durée du prêt subordonné, avec remboursements mensuels, s'étale sur 60 mois. Le montant emprunté a permis d'engager deux représentants freelance pour mener à bien le projet."

"Les banques ne jouent plus leur rôle"

Il existe une réelle nécessité de financement pour les entreprises. "Celles-ci en ont besoin pour recruter des gens", explique-t-on à la Chambre du Commerce de Bruxelles. Une enquête a été menée par Look&Fin et la BECI (Chambre de Commerce de Bruxelles) auprès d'environ 200 PME. 59% d'entre elles trouvent qu'il est difficile de nos jours de bénéficier d'un soutien financier de la part des banques depuis la crise financière de 2008. Parmi toutes les sociétés s'étant vues décliner un financement, 86% des refus ont eu lieu ces cinq dernières années. La raison principale évoquée par les banques était le manque de garanties que l'entreprise pouvait donner (35% des cas).

Fournir des opportunités d'emploi

"Nos entreprises ont besoin d'un financement pour grandir et fournir des opportunités d'emploi", souligne Erick Thiry, coordinateur à la Chambre du Commerce de Bruxelles. "Les petites et jeunes entreprises ne reçoivent pas l'oxygène dont elles ont besoin pour se développer. Nous appelons les autorités à rechercher des solutions pour insuffler de l'air frais au sein de notre économie et permettre la création de nouveaux emplois."


(eh/jy) 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.