Les dangers de travailler en dehors des heures de bureau ?

Les bourreaux du travail ambitieux qui, en fin de journée, sont toujours occupés à travailler courent un grand risque : celui d’être en plus accroc au web. C’est ce que nous apprend une étude britannique.

24 janvier 2014

Partager

Les enquêteurs de la Henley Business School et de la Northampton Business School pensent avant d’entamer leur étude que l’usage intensif de l’internet est plutôt un problème chez les jeunes et chez les demandeurs d’emploi qui ont plus de temps libre. Contre toute surprise, il semble plutôt que les workaholics qui réussissent courent le plus grand risque. La démesure dans le travail prédirait davantage un usage compulsif du net.

Symptômes de désintoxication

Selon l’étude, menée auprès de 516 actifs et chercheurs d’emploi (hommes et femmes), les alcooliques du travail affichent étonnamment plus de symptômes de désintoxication que les autres lorsqu’ils se déconnectent d’internet. Ils seraient aussi plus sujets aux dépressions et aux poussées d’angoisse lorsqu’ils se retrouvent off line, par la force des choses.

« Ils passent toujours plus de temps en ligne, vont jusqu’à vérifier leurs mails trois fois par nuit, mangent à des heures irrégulières et se sentent anxieux lorsqu’ils ne sont pas près de leur ordinateur », explique Nada Kakabadse, professeur en matière de règlement, de gouvernance et d’éthique à la Henley School of Business : « En plus, ils courent aussi de gros risques de faire un burn-out. »

Ne pas sous-estimer les risques

Les enquêteurs craignent que les entreprises négligent les dangers de prester en dehors des heures de bureau, tout simplement parce que les plus menacés sont souvent ceux qui réussissent le plus. « Nous insistons auprès des entreprises afin qu’elles ne sous estiment pas les risques de prestations démesurées, » ajoute Cristina Quinones-Garcia de la Northampton Business School coauteur de l’étude.

Ces chiffres reflètent les résultats d’une étude réalisée autour de la dépendance au net, publiés par la revue scientifique internationale PLOS ONE. Il ressort que les gros consommateurs d’internet, une fois forcés à se mettre off line, témoignent de symptômes de désintoxication, comparables à ce que les drogués vivent pendant leur sevrage.

Sources : Telegraph.co.uk 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.