Les 5 étapes qui font accepter les décisions

Une bonne idée

Félicitations : votre dernière bonne idée vient d’être approuvée par la direction. Vous voulez l’exécuter. Fort bien. Mais avant toute chose, il faut que votre équipe y adhère. Sinon, elle restera au rang des bonnes idées. Comment faire ?

Se montrer enthousiaste est bien humain lorsque l’on croit très fort en l’idée que l’on vient d’avoir. Mais prendre un peu de temps sera profitable à tout le monde. Car tous ne sont pas censés vous suivre dans votre ardeur. C’est parfois étonnant la vitesse à laquelle les décideurs agissent.

Il est utile de pouvoir prendre des décisions mais pour les mener à bonne fin et avec succès donc, il convient de réfléchir à qui va les exécuter et comment les encourager à le faire. Toute nouvelle idée conduit à un changement, même minime soit-il et exige donc une attention particulière du responsable.

Recette en 5 étapes à destination des managers … 

1. Expliquez le bien fondé de votre idée et anticipez

Votre idée vous semble limpide, sans doute. Ce n’est pas forcément le cas pour vos collaborateurs. Or, ils vont être impliqués, et pour y participer, ils doivent comprendre ce que vous attendez d’eux. Commencez donc par leur expliquer la raison d’être du changement ; le contexte et l’enjeu qui vous ont poussé à l’adopter A l’aide de schémas si nécessaire.

Préparez-vous, anticipez leurs réactions ; quelle sera la nouvelle charge de travail de chacun, les évolutions envisageables, que pourraient-ils craindre, refuser ? Et décidez déjà de ce qui sera négociable et de ce qui ne le sera pas.

2. Vérifiez que le message soit compris, intégré, accepté

Des confirmations écrites de vos explications orales seront utiles à certains. D’autres auront besoin de plus de temps pour assimiler. Tout bon manager est conscient qu’il n’est pas opportun d’imposer ses idées, qu’il convient de laisser à chacun le temps de se les approprier.

Ne vous croyez pas quitte trop vite. Assurez-vous de les entendre tous et ne vous contentez que d’un oui franc. D’ici là, posez des questions. Creusez. Trouvez celles qui les encourageront à s’exprimer librement Avec des questions ouvertes, telles que : ‘Quels sont les points que vous comprenez moins ?’ ou ‘Que manque-t-il pour que vous adhériez à cette solution ?’

Sans laisser de côté les réfractaires qui pourraient bien faire tâche et compromettre votre projet. Plus tôt vous impliquerez votre équipe dans votre plan d’action, mieux ce sera.

3. Suivez les résultats

Au départ, votre décision pourrait paraître simple à appliquer mais se révèler difficile à maintenir dans la durée. Ne relâchez pas votre attention, tant que le changement voulu n’a pas été intégré au point d’en être oublié. Mettez au point un outil de suivi. Choisissez 3 à 4 indicateurs significatifs : une baisse de la satisfaction client, des écarts de coûts ou de timing par rapport au cahier des charges, autant de symptômes révélateurs ...

4. Jalonnez le parcours en fêtant chaque progrès

Le temps joue contre vous. Un changement qui tarde à être adopté risque fort de ne jamais l’être. Mettez toutes les chances de votre côté, emmenez vos troupes dans une dynamique de réussite. Célébrez les «quick wins», ces succès rapides et mesurables. Vous lancez un produit ? Fêtez le premier client. Vous avez instauré un nouveau processus de fabrication mais n’avez pas encore la cadence ? Voyez le positif et exprimez-le : félicitez vos collaborateurs, ils n’ont rencontré aucun problème !

C’est ainsi que vous construirez leur confiance en eux et les renforcerez. C’est aussi l’occasion de développer votre vigilance. Multipliez les check points pour contrôler et rassurer, quitte à les espacer par après.

5. Faites un retour d'expérience

Selon les experts, c’est une étape souvent négligée. Une prise de recul que la plupart considèrent sans nul doute comme du luxe, néanmoins fort constructive. Analyser la façon dont la décision a été prise et appliquée est une occasion d’en savoir plus sur l’équipe ; qu’a-t-elle bien fait ? Où peut-elle s’améliorer ? Comment s’est-elle sortie des difficultés ? Certains ont-ils été moteurs ? C’est aussi l’occasion d’en connaître plus sur vous : sur vos points forts et vos points faibles en matière de décision, votre capacité à prendre des risques, à entraîner une équipe ...

(sc) - Source : Management / Capital.fr 

Plus d'info Travail d'équipe

30/08/2013