Les 20 métiers les plus typiquement homme ou femme

Il existe, dans notre pays, beaucoup de métiers typiquement masculins et de jobs qui semblent nettement plus réservés aux femmes. Et cela n’est pas sans conséquences sur les chiffres du chômage. Ce sont surtout les hommes qui sont touchés par la crise, pour la bonne raison que les bastions typiquement masculins souffrent particulièrement, comme l’industrie. Le secteur des services et, avec lui, le chômage des femmes, prend de sérieux coups aussi, depuis peu.

En ce moment, il y a plus d’hommes au chômage que de femmes (121.164 contre 104.272). Avant la crise, la balance penchait encore en faveur des hommes et les demandeurs d’emploi étaient plus des femmes que des hommes. La crise a fait basculer cette situation par le fait que ce sont surtout des métiers ‘masculins’ dans l’industrie qui ont disparu tandis que les secteurs tertiaire et quaternaire se portent mieux. Or, c’est là que les femmes travaillent souvent.

Avant la crise, c’était le contraire : fin 2007, il y avait par exemple 78.872 hommes au chômage contre 87.572 femmes. Fin 2008, cette différence s’était déjà amenuisée et ensuite, elle s’est complètement inversée, les hommes détiennent la palme des chiffres du chômage.

Plus d’hommes au chômage

La croissance rapide du chômage masculin et l’évolution plus lente du chômage féminin débouchent sur une forte ségrégation sur le marché du travail : il existe beaucoup de métiers typiquement féminins ou masculins. « Les femmes sont clairement dans une position dominante, entre autres dans le non profit et dans la distribution », explique Bartelijne van den Boogert, porte-parole du VDAB.

« La liste des secteurs masculins est dominée par la construction. Malgré l’émancipation, les évolutions sociologiques et les initiatives pour inverser les rôles, les bastions masculins et les territoires réservés aux femmes subsistent. Les métiers typiquement féminins se situent dans les segments moins sensibles à la conjoncture et expliquent l’augmentation moins rapide du chômage des femmes »

En raison de la disparition des métiers dans l’industrie, c’est le chômage masculin qui a principalement augmenté. En novembre 2012, par exemple, le chômage masculin progressait de 16 7% sur base annuelle, celui des femmes de 5,3% à peine.

Rattrapés par les femmes ?

« La différence des genres en termes d’évolution de l’inactivité a bien disparu l’an passé en raison du rythme croissant du chômage chez les femmes. En novembre 2013, le chômage des femmes a progressé plus que celui des hommes pour la première fois depuis des années : le chômage masculin a crû sur base annuelle de 8,5%, le chômage féminin de 9,1%. Cela montre que le secteur des services n’est plus immunisé contre la crise. Le secteur bancaire, entre autres, engage avec prudence et les autorités locales et régionales ne remplacent plus les départs », détaille Bartelijne van den Boogert, porte-parole du VDAB.

« L’évolution de l’inactivité chez les hommes n’a pas baissé tant que cela en 2013 (janvier 2013 +9,8%, novembre +8,5%). C’est surtout l’évolution croissante du chômage féminin (janvier +1,2%, novembre +9,1%) qui met quasi à égalité les rythmes de croissance de l’inactivité homme / femme. »

Mais il reste encore toujours un gros écart entre les chiffres de chômage masculin et féminin. En novembre 2013, la différence est de 7,4% au détriment des hommes. En chiffres absolus, 121.164 chômeurs contre 104.272 femmes au chômage. Cet écart dans les chiffres du chômage est fortement lié au phénomène des métiers typiquement homme et typiquement femme qui sévit chez nous ainsi qu’à l’impact de la crise sur ceci.

Profession Pourcentage de femmes
Diététicienne 99%
Aide ménagère 98,2%
Institutrice maternelle 97,6%
Baby-sitter et aide familiale 97%
Secrétaire 93%
Secrétaire de direction 90,8%
Aide malade et Aide soignante 89,5%
Infirmière 88,2%
Assistante en pharmacie 87,3%
Personnel de nettoyage et laveuse de vitres 85,5%
Coiffeuse et spécialiste en soins de beauté 85,1%
Institutrice primaire 83,6%
Caissière, employée au guichet 80,6%
Réceptionniste 80,2%
Employée en comptabilité 77,8%
Assistante sociale 75,3%
Bibliothécaire, documentaliste 74,5%
Pharmacienne 71,8%
Vendeuse et employée de magasin 70,1%
Hôtesse de l’air 68,3%

Sources : chiffres 2010, statbel.fgov.be & VDAB  

20 métiers typiquement masculins

Profession Pourcentage d'hommes
Conducteurs de machines de construction et de terrassement >99%
Ouvrier du bâtiment >99%
Bûcheron et ouvrier forestier >99%
Ouvrier portuaire 98,9%
Pompier 98,9%
Electricien 98,7%
Soudeur 98,5%
Plombier 98,3%
Mécanicien automobile 98,3%
Charpentier, menuisier, poseur de parquet 98,3%
Ebéniste 97,2%
Electromécanicien et monteur en électricité 96,2%
Balayeur de rue et éboueur 94,5%
Peintre, tapissier et décorateur 93,5%
Boucher 90,7%
Ingenieur 89,5%
Chauffeur de bus 88,3%
Conducteur de travaux et chef d’équipe 86,3%
Informaticien et analyste système 83,7%
Agent de police 83,4%

Sources : chiffres 2010, statbel.fgov.be & VDAB 

17/12/2013

  • 17 décembre 2013