Le travail poursuit la moitié des employés en congé

Pour la moitié des travailleurs (58%), prendre des vacances est une nécessité absolue. Ce n’est qu’ainsi que le stress du boulot et la pression quotidienne s’éliminent par eux-mêmes et que nous sommes capables de les réaffronter par la suite. Le simple fait de partir en vacances épuise un travailleur sur trois. Pourtant, près de la moitié restent en contact avec leur employeur pendant leurs congés. Telles sont les observations ressortant d’une enquête menée par Tempo Team auprès de 400 travailleurs.

19 août 2015

Partager

"L’enquête le prouve, ne pas prendre de congé est nocif au niveau de la santé, et ce même des années plus tard." (Marijke Verbruggen, professeur du groupe d’études 'Personnel & Organisation' de la KU Leuven)

La pression au travail semble visiblement élevée. A peine un collaborateur sur trois déclare parvenir à se reposer après ses heures de travail ou pendant le week-end. Selon la moitié d’entre eux, de plus en plus de leurs collègues sont stressés ou victimes de burn-out.


"Les nouvelles formes de travail et les dernières technologies floutent les frontières entre la vie privée et le travail. Même si cela nous offre aussi plus de liberté individuelle, il importe que tant les employés que les employeurs devraient pouvoir gérer leurs emplois du temps en toute conscience, par exemple en s’abstenant de lire leurs mails en permanence ou de répondre instantanément au téléphone", estime Joris Trog, conseiller en prévention chez Tempo-Team.

Vacances = thérapie

"Les vacances sont un besoin vital pour la moitié des collaborateurs, au même titre qu’un médicament permet de recharger ses batteries pour ensuite reprendre le chemin du travail. Un employé sur trois dit avoir besoin de vacances parce qu’il est épuisé de son année de travail. La plupart ont surtout besoin de congés de courte durée. Un sur trois aspire à de plus longues périodes de vacances", déclare Marijke Verbruggen, professeur du groupe 'Personnel & Organisation' de la KU Leuven.


"L’enquête le prouve, ne pas prendre de congé est nocif au niveau de la santé, et ce même des années plus tard. La pression au travail et le stress ne sont pas nécessairement négatifs. Il peut aussi s’agir de stress positif et stimulant. Le plus important est que l’on reçoive, pendant les périodes plus stressantes, suffisamment de reconnaissance et de soutien de la part du management, des collègues et de sa famille. De plus, il faut que nous puissions disposer de sources d’énergie suffisantes, et ce par exemple via des activités de détente entre amis, du sport, etc."

Le travail attend

Le travail reste d'actualité même pendant les vacances. Près de la moitié des collaborateurs interrogés gardent contact avec leur bureau et un sur trois lit régulièrement ses mails et ne trouve pas dérangeant de faire l’une ou l’autre chose pour le bureau pendant ses vacances. En effet, beaucoup de collaborateurs disent ne pas réussir à déconnecter du boulot ni à se reposer pleinement.


De ce fait, la moitié des travailleurs sont partants pour laisser leur gsm et leur laptop chez eux afin de ne pas être dérangé pendant leurs congés. Après leurs vacances, beaucoup s’attendent à un moment de stress lors de leur retour au bureau. Pour trois quarts d’entre eux, les dossiers n’ont pas bougé en leur absence et, pour seulement la moitié d'entre eux, le suivi du travail est assuré par un collègue ou un intérimaire.


"La manière dont nous nous ressourçons et récupérons de l’énergie après une année bien chargée est assez personnelle. L’un va recharger ses batteries très facilement en alternant travail et détente, tandis que l’autre aura besoin de créer une rupture totale entre les deux. Chacun développe son propre style, une stratégie qui lui convient. L’important est que les collaborateurs aient la liberté de choix et se sentent autonomes dans leur vie professionnelle", souligne Marijke Verbruggen.

De longues périodes de vacances pour travailler plus longtemps

Près d’un travailleur sur deux estime qu’il est nécessaire de faire une pause de longue durée si l’on veut pouvoir travailler plus longtemps. Selon un sur trois, de plus longues vacances sont le seul moyen d’accéder au repos total. La majorité estime regrettable que le crédit-temps pour ce type d’interruption de carrière ne soit plus encouragé ni soutenu par les autorités. Avant l'apparition de la nouvelle réglementation, 10% d’entre eux avaient l’intention de prendre un crédit-temps cette année.


"Les vacances nous aident à recharger les batteries, mais toutes les vacances ne sont pas aussi reposantes. Cela dépend de ce que l’on en fait. Des congés actifs nourris de contacts sociaux, de déplacements et de sport seraient plus salutaires que du repos complet. Cet aspect jouerait davantage que la longueur des vacances en soi. Lorsqu’il s’agit réellement de résoudre des problèmes de santé comme le stress chronique ou le burn-out, nous avons droit à des congés de maladie mais cela demanderait plusieurs semaines voire des mois pour être efficace", conclut le professeur Verbruggen.


(eh/sc) 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.