Le travail de bureau rend-il idiot ?

Rester assis toute la journée n’est pas seulement mauvais pour la santé (voir notre article Le travail de bureau ruine votre santé) ; il se pourrait bien que cela rend aussi plus bête.

Des scientifiques cités dans le New York Times expliquent que la position assise entraîne une chute de l’activité électrique dans les muscles provoquant une cascade d’effets métaboliques nocifs. Selon eux, des exercices physiques réguliers ne suffisent même pas pour compenser les dégâts. Mais il y a du nouveau : en plus d’augmenter le risque d’obésité, par exemple, le travail sédentaire diminue nos capacités intellectuelles !

Sabine Schaefer, chercheuse au Max Planck Institute for Human Development en Allemagne, s’est récemment intéressé à l’impact de la marche sur ce qu’on appelle la mémoire de travail. Schaefer a comparé les performances de la mémoire de travail chez les enfants et chez des adultes quand ils sont assis à quand ils se promènent. Elle énumère ses résultats dans la revue British Psychological Society's Research Digest.

Voici sa principale conclusion : la performance de la mémoire de travail augmente chez les personnes marchant à leur propre rythme, contrairement à celles qui restent assises ou marchent à un rythme imposé par les chercheurs. C’est particulièrement le cas lorsque les tâches à effectuer sont plus compliquées et la différence est plus marquée chez les enfants.

Nous serions donc plus performants quand nous faisons deux choses à la fois ?

En effet, on pourrait croire que le fait de marcher et de réfléchir en même temps implique une répartition des ressources mentales et physiques au détriment d’une exécution optimale de seule une des deux tâches, mais les scientifiques constatent le contraire : une meilleure stimulation ou de l’activité intellectuelle associée à une activité physique. Comme si la marche produisait de l’énergie que l’on peut utiliser pour réfléchir.

Des interférences ?

Mais que se passe-t-il quand on marche lentement, à un rythme contrôlé ? Les chercheurs hésitent entre deux interprétations : soit une marche lente n’est pas suffisamment stimulante, soit le fait de devoir faire attention à sa vitesse interfère avec la tâche principale de la mémoire.

Certes, toute activité intellectuelle n’est pas compatible avec la marche mais cette étude rappelle une fois de plus qu’il est mauvais de rester enchaîné à son bureau. Néfaste pour la santé physique et donc aussi peu favorable au travail mental.

Par ailleurs, on sait qu’une forme de détachement ou le fait de prendre du recul favorise la découverte de solutions créatives. Il est, par exemple, courant d’avoir de bonnes idées le matin sous la douche. Se lever pour faire un tour est une autre façon d’atteindre ce genre d’état d’esprit. Cela marchait pour Einstein et Darwin, en tous cas !

Source : Inc.com 

18/10/2013

  • 18 octobre 2013