Le nombre d'ouvriers actifs dans le secteur de la construction augmente à nouveau

Le secteur de la construction a le vent en poupe. Le nombre de postes vacants témoigne l'excellente santé des entreprises de construction. Des chiffres récemment publiés par le VDAB de la région du Limbourg montrent que, au cours des cinq dernières années, il n'y a jamais eu autant de demandes de travailleurs au sein de ce secteur. La moins bonne nouvelle est que tous ces postes ne trouvent pas toujours preneur.

Alors qu'il y avait environ 14.500 d'ouvriers en construction actifs dans le secteur limbourgeois en mars 2013, ils ne sont plus que 13.000 à l'heure actuelle. Toutefois, une note positive est que leur nombre est en hausse depuis mi-2016. Le point le plus bas date de juillet 2016 avec environ 12.780 travailleurs recevant une fiche de paie. "Cette tendance négative semble s'être arrêtée", déclaré Chris Slaets, directeur de la Confédération de la construction du Limbourg.

Fait intéressant, la proportion d'employés augmente également. Sur le nombre total de personnes engagées dans le secteur de la construction limbourgeois, environ 15% comptent actuellement un statut d'employé. Jusqu'à récemment, il n'était question que de 10%. "C'est bon signe", poursuit Chris Slaets. "Les jobs destinés aux employés sont généralement plus structurels, ce qui reflète la grande confiance en l'avenir de nos entrepreneurs limbourgeois."

Le plus bas

Les demandeurs d'emploi dans ce secteur sont actuellement inférieurs à 3.000. C'est un niveau record. En 2014, le VDAB recensait encore 4.300 ouvriers limbourgeois à la recherche d'un emploi. Les chiffres montrent que ce sont surtout les jeunes sans expérience qui sont exclus du lot. Leur nombre augmente, et ce contrairement aux travailleurs plus expérimentés.

Pour chaque poste vacant, il y a plus de 30 demandeurs d'emploi dans la catégorie des chômeurs sans expérience. Pour un profil ayant une expérience d'au moins deux ans, le nombre de chômeurs est de 14.

Transformation

Malgré les effectifs encore disponibles, un nombre croissant de postes vacants ne trouve pas preneur. A ce niveau, l'année 2016 a battu tous les records. En été, la quantité d'offres d'emploi ouvertes depuis un certain temps s'élevait à plus de 200. En décembre 2015, il n'y en avait que 43.

L'écart entre l'offre et la demande est donc plus grand. Cette approche nécessite beaucoup de travail. "En effet. Ne rien faire signifie reculer", ajoute Chris Slaets. "En tant que secteur, nous devons beaucoup investir dans la construction de la connaissance humaine et il est primordial de tenir compte de l'évolution du marché. Voilà pourquoi nous devons à la fois agir au niveau de nos processus, mais ce sont également les employés qui doivent changer afin d'aboutir à un pôle de l'environnement et de l'énergie qui soit solide, efficace, durable et orienté vers l'avenir."

(eh/jy) 

Plus d'info Construction

02/05/2017