Le métier de comptable bientôt remplacé par des robots ?

La révolution technologique, y compris la numérisation intensive des processus en entreprise, a un impact majeur sur l'avenir de multiples professions. La conséquence est que le contenu des emplois nécessitant la manipulation de chiffres (comptables, commissaires aux comptes, fiscalistes, auditeurs) sera complètement différent. Une partie importante de travail que ces personnes accomplissent aujourd'hui sera sous-traité par des robots d'ici quelques années. Que va-t-il se passer par la suite ?

23 mars 2017

Partager

Ces mains de robots exerceront-elles bientôt une partie du travail des comptables, commissaires aux comptes ou fiscalistes ?

La vague de numérisation qui nous envahit peut être exprimée en chiffres. Nous vivons en Belgique 2.0, travaillons avec des méthodes 2.0 au sein d'une industrie 4.0. La révolution technologique semble imparable et a un impact énorme non seulement dans notre environnement personnel mais également au niveau professionnel. La génération numérique a le vent en poupe et cela se ressent sur les différents lieux de travail. Les professions à caractère économique telles que les comptables, commissaires aux comptes ou fiscalistes sont les plus concernées. En effet, les factures sont automatiquement lues et traitées par des logiciels intelligents, les ordinateurs analysent les données et créent des rapports perspicaces en un rien de temps, et enfin les comptes annuels sont gérés en appuyant simplement sur un bouton...

Que va-t-il arriver à toutes les personnes qui gagnent actuellement leur vie en effectuant manuellement ces tâches ? Les robots prendront-ils le dessus et ces professions disparaîtront-elles ? Ou y a-t-il d'autres emplois qui permettront de donner un sens à leur travail quotidien ? Leur expertise peut-elle être utilisée d'une autre manière tout en fournissant de la valeur ajoutée aux clients ? Telles sont les questions qui furent posées lors du Forum 2.0.2.0. Il s'agit d'un évènement de networking à grande échelle rassemblant des personnes exerçant les professions concernées et les étudiants voulant trouver du travail dans ces domaines. L'organisation résulte d'une collaboration entre la LVAB, une association limbourgeoise regroupant différentes professions (comptables, auditeurs, conseillers fiscaux, fiscalistes et bien d'autres professions économiques et juridiques connexes) et la Haute Ecole PXL.

Conseils subtils

Johan De Coster, président de la LVAB et membre du conseil de l'Institut des comptables et des consultants fiscaux, est convaincu des opportunités qu'offrent de telles fonctions. Il raconte avec plaisir les objectifs évoqués lors du Forum 2.0.2.0. "Les entrepreneurs ne s'attendent plus à ce que l'information soit publiée en ligne de façon statique. Ils souhaitent bénéficier de conseils subtils basés sur des données aujourd'hui présentes en abondance. Ce sont ces analyses qui permettent de prendre des décisions entrepreneuriales de manière efficace et réfléchie."

La technologie est merveilleux outil pour y parvenir. "La numérisation de ces professions est des services qu'elles proposent est un projet complexe et multidimensionnel", ajoute Johan De Coster. "Le travail classique, souvent routinier, est de plus en plus pris en charge par les ordinateurs. D'autre part, les compétences communicationnelles, créatives et la flexibilité prennent de plus en plus d'importance. Le meilleur résultat est la somme d'une combinaison des deux."

Lors du Forum 2.0.2.0, des réponses pratiques furent fournies aux participants. "Grâce à une vingtaine de séminaires, des workshops et des ateliers pratiques supervisés par des professionnels expérimentés, 350 personnes actives dans ce secteur ont pu échanger leurs idées et points de vue tout en faisant connaissance avec les nouvelles tendances, technologies et 'solutions du futur'. Tout est lié à l'intelligence artificielle et à la réalité augmentée qui domineront le monde de demain. Une personne qui ne s'y familiarise pas dès maintenant est considérée comme hors-jeux. L'anticipation est une priorité absolue."

Et les formations ?

L'éducation joue un rôle très important dans cette révolution numérique. La tâche des institutions de formation est d'offrir un nouveau package de tâches aux jeunes. "Chaque année, plus de 100 étudiants sont diplômés en finance et prêts à conquérir le marché du travail", déclare Ben Lambert, directeur de la Haute Ecole PXL. "Grâce à notre volonté de développer leurs compétences et à notre enseignement authentique, nos élèves apprennent à se familiariser avec les derniers outils et sont préparés pour démarrer rapidement sur le terrain. En concertation avec le secteur, nos programmes d'études dans le domaine de la finance sont au goût du jour et nous avons introduit des cours intitulés 'Fintech' et 'Digital Skills'."

Ce n'est pas tout. "Notre partenariat stratégique appelé 'PXL Case studies' réunit la LVAB et la Haute Ecole PXL. Nous avons procédé à une sérieuse mise à jour au niveau du programme de formation continue", ajoute Ben Lambert. "Cette initiative a été reconnue par des associations professionnelles et nous proposons actuellement une centaine de sessions par an. Chaque année, 'PXL Case studies' touche environ 7600 professionnels au travers de séminaires, d'ateliers ou de sessions d'information sur l'actualité. Cela nous permet de saisir très rapidement la balle au bond."

LVAB jeunes

En tant que nouvel outil pour l'entrecroisement de l'éducation et du travail sur le terrain, le Forum 2.0.2.0. a lancé le programme 'LVAB jeunes'. Celui-ci touche tant les jeunes travailleurs actifs que les étudiants souhaitant travailler dans cette direction."

(eh/jy/km) – Photo : HBvL – Plus d'informations : www.pxl.be/event/forum 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.