La sécurité des JO en chiffres

Des athlètes et autres sportifs du monde entier sont réunis à Londres en ce moment pour la 27e édition des Jeux olympiques. Afin de veiller sur leur sécurité, les organisateurs et les instances britanniques ont mis sur pied un dispositif impressionnant.

Des tireurs d’élite à bord d’ hélicoptères de la Royal Air Force surveillent les sites et Scotland Yard utiliserait même des drones, de petits aéronefs télécommandés équipés de caméras.

Quelques chiffres remarquables

Environ 18.000 soldats britanniques serviront durant ces JO. C’est la plus grande mobilisation depuis la Seconde Guerre Mondiale et cela fait 7.000 hommes de plus qu’en Afghanistan.

La société de surveillance G4S envoie environ 5.800 hommes aux JO. Elle n’a pas été capable de livrer les 10.400 gardiens privés qu’elle avait promis de sorte que davantage de soldats ont dû venir en renfort.

Autour de la zone olympique, quelques 1.000 agents américains armés de la FBI patrouillent, ainsi que 55 équipes de surveillance accompagnées de chiens. La zone est entourée d’une clôture électrique d’une longueur totale de 18 km.

Tout cela a un prix

Le journal The Guardian a calculé le coût de toutes ces mesures de sécurité et de toute la main d’œuvre engagée pour veiller sur le bon déroulement des événements. Il est estimé à 700 millions d’euros. D’autres sources parlent même de 1,2 milliards. Cela revient à 71.000 euros par athlète !

L’édition précédente, celle de Péking, avait coûté encore plus cher : la Chine avait dépensé 4,8 milliards d’euros en mesures de sécurité. Environ 436.000 euros par athlète.

(nm/sdb) 

31/07/2012

  • 31 juillet 2012