La construction s’attend à une légère croissance

« La construction basse énergie demande de plus en plus d’expertise, d’ingénieurs et de dessinateurs, pour ne citer que ceux-là. » (Gabriël Delporte, Secrétaire Général de la Confédération de la Construction).

La Confédération de la Construction s’attend à ce que le bâtiment reprenne légèrement cette année. L’an passé, la construction avait connu un déclin de 1,5%. Cette année, on s’attend à une croissance de 0,5%.

2013 a été une mauvaise année pour le secteur de la construction. Ce qui a engendré faillites et perte d’emplois. Pour 2014, la Confédération s’attend à un léger mieux. « Les prévisions économiques laissent présager que nous remontions doucement la pente », nous dit Gabriël Delporte, Secrétaire Général de la Confédération de la Construction.

Le secteur en Belgique emploie 150 000 collaborateurs techniques et 40 000 administratifs. « Les ouvriers du bâtiment le sentent très bien lorsque le nombre de commandes chute dans leur entreprise. Souvent, celles-ci recherchent d’autres commandes avant de tomber en faillite. Ce qui s’est passé l’an dernier, des faillites combinées à des pertes d’emploi, est plutôt rare dans la construction », poursuit Gabriël Delporte.

Plus d’employés

8000 emplois ont disparu l’an passé. Il devrait en être autrement cette année. Même si nous connaissons toujours des pénuries qui pourraient ralentir la croissance du secteur. « De nombreux constructeurs et acheteurs s’interrogent sur la future déductibilité des emprunts hypothécaires. Va-t-elle être maintenue ? Il n’y a aucune garantie à ce sujet. Et puis, les banques sont devenues très sévères dans l’octroi des crédits logements. Si vous voulez construire, vous devez disposer de plus de fonds propres », soutient Gabriël Delporte.

Le secteur s’inquiète principalement des ordres émanant des autorités communales. C’est un peu maigre depuis un certain temps déjà, Cela ne présage rien de bon pour les projets de construction. « Le marché se rétrécit énormément. C’est ainsi que l’on voit fleurir des initiatives de partenariat public-privé », détaille Gabriël Delporte.

« Les entreprises de construction vont engager plus d’employés, suite à la complexification des processus de construction », prétend-il encore. « La législation, les permis, la charge administrative… ne vont certainement pas diminuer pour les entreprises du secteur. La construction passive demande de plus en plus d’expertise également, entre autres, chez les ingénieurs, les dessinateurs et les développeurs de projet. »

(wv/sc) 

Plus d'info Construction

12/02/2014