L’accès aux réseaux sociaux plutôt qu’un bon salaire ?

Dans sa deuxième édition, le Cisco Connected World Technology Report montre que les méthodes traditionnelles pour attirer et retenir les jeunes talents (comme le salaire) sont en perte de vitesse. Flexibilité et liberté prennent le pas sur leurs désidératas.

Au travail, les jeunes salariés et les étudiants veulent avant tout pouvoir utiliser librement Internet et leur téléphone portable. Et en particulier avoir accès aux réseaux sociaux. Au moment de choisir un emploi, ce facteur est même plus important que le salaire pour la plupart d’entre eux. Tels sont les surprenants résultats d’une étude internationale menée auprès de 2 800 jeunes par Cisco, le leader mondial des réseaux.

Liberté chérie

En effet, plus de la moitié des jeunes -56%- affirment qu’ils déclineront l’offre d’un employeur qui bloque l’accès aux réseaux sociaux. Pour 70% d’entre eux, il n’est pas nécessaire d’aller régulièrement au bureau pour travailler, sauf pour les réunions et les rendez-vous importants.

La flexibilité est un maître mot pour la prochaine génération de travailleurs. Et il ne s’agit pas seulement de pouvoir travailler depuis la maison. Les jeunes veulent également utiliser leurs propres appareils dans le cadre de leurs fonctions. Une tendance connue sous le nom de « BYOD » (Bring Your Own Device ou « apportez votre propre appareil »).

Quelques résultats remarquables

  • 64% des personnes interrogées comptent demander durant l’entretien d’embauche la politique de l’entreprise à propos des réseaux sociaux.
  • Pour 24% la réponse sera décisive dans leur choix.
  • 33% des étudiants et travailleurs de moins de 30 ans sont moins intéressés par le salaire que par l’accès aux réseaux sociaux, au GSM et au télétravail.
  • 80% des étudiants veulent pouvoir choisir leurs outils de travail lorsqu’ils auront un emploi.
  • 25% pensent que leur productivité sera accrue s’ils travaillent depuis chez eux.

Un futur connecté ?

Ces divers chiffres sont-ils le signe d’un simple caprice ou de réelles exigences qui marqueront le futur des entreprises ? Pour Pol Vanbiervliet, Managing Director de Cisco Belgique, ces éléments pourraient avoir un impact dans la gestion des ressources humaines et des talents de demain. Selon lui, « la manière dont les RH traiteront ces souhaits sera déterminante pour leur pouvoir concurrentiel et leur succès dans l'engagement et la fidélisation de jeunes talents ».

Plus d'info Ordinateur et internet , Rémunération

18/11/2011