Jongler avec les données : le job de 'gestionnaire de données'

Les données font partie des nouvelles matières premières dont raffole notre économie. Parfois 'polluantes' - pensons notamment au Facebookgate - mais omniprésentes, elles influencent notre quotidien et presque tout le monde est devenu gestionnaire de données. Nous avons interviewé Rosemie Callewaert, une spécialiste des données originaire de Gand, qui nous a expliqué ce à quoi nous attendre d’ici quelques années.

2 juillet 2018

Partager

"Il existe deux types de données", entame la consultante en innovation et ergonomie qui guide les processus de changement numérique au sein des autorités gouvernementales. "Il s’agit des données des utilisateurs, à savoir vos traces numériques, et des métadonnées comme par exemple le contenu d’un livre. Vous êtes généralement impliqué avec les deux au niveau professionnel."

Mais que signifie dès lors évoluer au beau milieu des données en-dehors de votre environnement de travail ?

Environnement de données

"Les données nous entourent et sont omniprésentes", explique Rosemie Callewaert. "En tant que personne, entreprise ou organisation, vous devez bien faire attention à en garder le contrôle. Les différents objets et environnements sociaux contiennent de plus en plus de données. Les moteurs de recherche et les plateformes de médias sociaux nous connaissent et vendent nos données à des courtiers. Celles-ci sont récoltés grâce à des sites Web, à votre thermostat, aux supermarchés, à votre voiture, aux équipements de remise en forme, aux photomatons dans des bâtiments publics,... Elles interagissent sans que nous nous en rendions compte et nous poussent à prendre des décisions sur un itinéraire à emprunter ou des vêtements à acheter. Elles façonnent la réalité et vous aurez des sentiments différents au sujet d'un bâtiment, d'une personne ou d'un objet en fonction des données avec lesquelles il est connecté. La réalité et le virtuel deviennent de plus en plus difficiles à séparer. L’Internet des Objets, les Big Data, l’intelligence artificielle, le Deep Learning, et la réalité virtuelle et augmentée nous arrivent simultanément en pleine figure. Les interactions, les données et le profilage fonctionnent sur base du principe 'Tout ce qui contient des données existe, le reste n’a pas d’identité'."

Chaos et philosophie

"Nous sommes assis sur une montagne de données. Cela nécessite de l'expertise, des modèles de pensées et de la passion. L'entrepreneuriat créatif aide la société à aller de l'avant", explique Rosemie Callewaert. "Alors que tout le monde travaillait encore sur des systèmes de bases de données et des logiciels, je suis allé plus loin en constatant que les données permettaient d’atteindre des objectifs sociaux. Ma vision est la suivante : il faut se spécialiser dans quelque chose tout en ayant une vision étendue de la manière dont vous atteignez vos objectifs avec des moyens numériques. Comment pensez-vous en dehors de votre entreprise ou de votre environnement personnel ? Comment la technologie peut-elle aider à amener l'art et la culture hors des murs de l'organisation ? Faire face à ce 'chaos' avec fluidité est la tâche de penseurs capables de regarder en arrière. Soyez des philosophes. Les formations humaines préparent très bien au futur qui s’annonce plein de créativité."

Conscient des données

Le poste de 'gestionnaire de données' fait généralement penser à des analystes, des ingénieurs, des scientifiques, des designers, des spécialistes du marketing ou des stratèges numériques avec des compétences en programmation, en statistiques, en construction et gestion de bases de données, en numérisation et archivage, en recherche d’ergonomie et en marketing en ligne (SEO, SEA, ...).

"Il n’y a rien de bien nouveau mis à part la vente de matières premières brutes et/ou traitées. Les gestionnaires de données gagnent leur vie grâce aux traces laissées par les internautes sur la toile. Plus la frontière entre le monde numérique et le monde physique s'amincit, plus nous devenons des manipulateurs de données. Il faut donc être conscient de ce qui se passe avec nos données". Depuis le 25 mai 2018, le règlement général sur la protection des données (GDPR) est entré en vigueur dans le but de régir la gestion et la protection des données personnelles des citoyens européens.

Focus sur les gens

"Derrière le profilage des données par Facebook se cache une sorte de déshumanisation. Les gens sont réduits à des catégories et n’existent plus réellement.

Nous sommes bien plus complexes que le résultat d'une analyse de données. Sur des sites d’immobilier, il est désormais possible de voir le revenu moyen, l’âge et la composition sociale des ménages dans des rues : une version simplifiée de la réalité mais les prises de décisions sont basées sur ces données. En tant que gestionnaire de données, vous devez en être conscient. Ne vous concentrez pas sur la technologie mais sur la façon dont les gens utilisent la technologie. Passer au numérique peut se faire de manière humaine."

(eh/ll) - Photo : Carmen de Vos 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.