Girl power dans le cockpit

Une voix féminine qui vous accueille dans le cockpit de votre avion ? Heureusement, cela devient de plus en plus courant. Chez Brussels Airlines, vous aurez une chance sur dix qu'une pilote vous amène à destination. Ces femmes ont-elles la tête dans les étoiles lorsqu’elles exercent leur métier ? Jobat.be a interviewé deux personnes actives dans le secteur de l’aviation. Rassurez-vous, celles-ci ont les deux pieds sur terre.

19 février 2018

Partager

"Nous n’incarnons plus la rareté" (Hilde Goossenaerts, copilote Brussels Airlines)

Elle avait quinze ans quand le virus de l’aviation l’a contaminée. Un garçon du quartier l'a invitée à voler en planeur. Depuis lors, son amour pour le vol n'a fait que croître. Après une formation de deux ans à la Flight Academy qu’elle a pu financer après quelques emplois intérimaires, Hilde Goossenaerts a eu la chance de réaliser son rêve et de travailler comme pilote chez Brussels Airlines.

"Je suis actuellement copilote d’un avion de type Airbus A320. C’est un appareil qui est utilisé pour rejoindre des destinations européennes et nord-africaines. En tant que pilote, le fait de pouvoir observer cet appareil au sol, le faire voler au-dessus des nuages et le redéposer sur la terre ferme est une sensation dont je ne peux plus me passer."

Pilote et manager

Doit-elle faire face à des réactions étranges quand les gens apprennent qu'une femme est aux commandes de l'avion ? "Je suis parfois étonnée de voir que des gens sont encore surpris qu'une femme choisisse de travailler comme pilote. Nous n’incarnons plus la rareté. Chez Brussels Airlines, plus de 10% des pilotes sont des femmes."

De toute évidence, les femmes ignorent de plus en plus les idées stéréotypées et optent pour un emploi correspondant à leurs désirs. Se pourrait-il que certaines caractéristiques typiquement féminines soient utiles à ce métier ? "Dans une certaine mesure, vous pouvez comparer un pilote avec un manager. En plus du vol, il y a beaucoup d'autres tâches à prendre en considération comme par exemple le ravitaillement, la restauration, l'approbation du plan de chargement,… Nous coordonnons tout cela avec l'équipage au sol et en cabine. Il s'agit donc de collaborer avec les gens et d'utiliser au mieux des compétences telles que l'intelligence émotionnelle que les gens associent souvent aux femmes."

Sous les cocotiers ?

Hilde souligne que le job de ses rêves ne signifie pas qu'elle peut se reposer sous les cocotiers après un vol. "Si vous optez pour une carrière de pilote, je peux vous assurer que ce n'est pas de tout repos et que cela demande un certain investissement.

Si voler est vraiment votre truc, allez-y. Si vous choisissez ce job pour les bonnes raisons, vous serez capable de percevoir la beauté d’un tel métier."

"Hilde est la preuve vivante que choisir d’exercer sa passion augmente considérablement les chances d'avoir une carrière heureuse. Cela fait rayonner la conscience de soi et la satisfaction au travail. Est-ce qu'elle a d'autres rêves? "Je peins pendant mon temps libre. Ce sont surtout des peintures de beaux paysages que je peux observer en tant que pilote depuis la fenêtre du cockpit. Je voudrais développer cette passion, cela me conviendrait parfaitement."

Appel

Aujourd'hui, 15 ans plus tard, elle peut supprimer le mot 'co' et saluer ses passagers en tant que Capitaine Perdieus. Un titre qu'elle porte fièrement même si elle doit combiner sa profession avec son statut de 'mère de deux fils'.

Kirsten Perdieus

"Je pense avoir toujours eu cela en moi. J'avais quatre ans quand j’ai voyagé en Amérique avec mes parents. Vu qu'ils savaient déjà que j'étais fan d’aviation, ils ont demandé à l'équipage de cabine si je pouvais rendre visite aux pilotes dans le cockpit. Ce que j'y ai vu restera toujours en moi. Pour moi, le choix de mon travail est comme une sorte d'appel, comme une route qui a été tracée spécialement pour moi. Je devais la suivre et je n'ai pas hésité un instant à financer mes études de pilote."

La planification fait tout

Kristen travaille non seulement comme capitaine chez Brussels Airlines mais aussi comme enquêtrice en matière de sécurité des vols. Avec ses collègues, elle enquête une semaine par mois sur les causes de certains incidents de vol afin que les bonnes leçons puissent être tirées. Cela enrichit d'une part sa perspicacité dans son travail mais apporte également une certaine stabilité à sa vie de famille. En effet, notre capitaine est mariée à un autre capitaine avec qui elle a deux enfants. "A première vue, les gens pourraient penser que notre équilibre vie privée-vie professionnelle est inexistant mais rien n'est moins vrai. J'ai appris qu'une vie de famille de qualité commençait par une bonne planification."

Si elle pouvait donner un conseil aux jeunes (femmes) qui veulent devenir pilote mais hésitent encore à franchir le cap, le voici : "Surtout, faites-le. Ne laissez pas vos rêves être paralysés par l'idée que, en tant que pilote, vous serez une moins bonne mère. Si, en tant que femme, vous vous sentez bien dans ce que vous faites, vous rayonnerez dans votre environnement familial. Je peux dire en toute sincérité que je suis heureuse, que ce soit quand je survole les Alpes ou d'autres beaux paysages depuis la fenêtre du cockpit ou quand je passe du temps avec mes deux enfants et mon mari qui sont en bonne santé."

(eh)

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.