Evelyn est malvoyante et expert en sélection dans l’administration

« Il faut simplement poursuivre ses rêves, en parler, discuter des problèmes éventuels, et ne pas partir du principe que l’on est incapable de faire quelque chose en raison d’un handicap » (Evelyn Cnockaert, expert en sélection au SPF Mobilité)

Du 12 au 30 septembre 2014, la Ligue Braille mènera une campagne visant à promouvoir l’emploi aux personnes aveugles et malvoyantes. Cette action donnera un coup de projecteur sur l’intégration des aveugles et malvoyants dans le circuit normal du travail.

D’après la Ligue Braille, le handicap des aveugles et des malvoyants est trop rapidement mis en évidence, avec tous les préjugés négatifs découlant sur leurs capacités professionnelles. Conséquence : les aveugles et malvoyants sont trop souvent cantonnés dans un travail ‘type’. La campagne lancée par la Ligue Braille vise à démontrer que les personnes présentant un handicap visuel peuvent développer une carrière professionnelle grâce à leurs propres talents et capacités en recevant l’opportunité de faire ce qu’elles aiment et dans un domaine où elles excellent.

Nous nous sommes entretenus avec Evelyn Cnockaert, expert en sélection au Service public fédéral (SPF) Mobilité et Transports, qui continue à développer sa carrière alors qu’elle est malvoyante.

Carrière

Evelyn est expert en sélection au SPF Mobilité et Transports. Elle organise les recrutements néerlandophones, sauf pour les fonctions de management. Evelyn a obtenu son diplôme d’assistante sociale, mais sa recherche d’un premier emploi n’a pas été simple. Dans un premier temps, elle a tenté sa chance dans le secteur privé, mais les employeurs potentiels se sont montrés réticents en raison de son handicap et ont douté de ses compétences. “Après avoir cherché du travail pendant un an, j’ai perdu en assurance et ai fini par déprimer. Je voulais vraiment représenter quelque chose sur le marché du travail.”

Finalement, elle a trouvé un emploi dans l’administration. Là, ils disposent d’un service diversité et soutiennent pleinement les personnes présentant un handicap. Alors qu’elle travaillait pour le service social de la Justice, elle a pris part aux examens de Selor pour pouvoir continuer à progresser. Dès lors, avec l'inspiration d'experts lui ayant fait passer des examens, elle réalisa que c’était ce type de travail qu’elle voulait effectuer par la suite.

Après quelques détours par l’Office de sécurité sociale d’outre-mer et par la Caisse auxiliaire de paiement des allocations de chômage, elle s’est décidée à relever un nouveau défi et à quitter l’administration fédérale pour rejoindre le service public flamand de la mobilité. Là, elle s’est découvert un intérêt pour le secteur de la mobilité et est finalement revenue à l’administration fédérale, et plus précisément au SPF Mobilité et Transports. Depuis 2010, elle y travaille dans le domaine de la sélection et des recrutements, c’est-à-dire le job dont elle rêvait.

Obstacles

Evelyn avoue qu’elle connaît régulièrement des problèmes dans l’exécution de son travail. En effet, il n’est guère évident de travailler à temps plein avec un handicap visuel. “Le travail sur écran, surtout, est très fatigant. Souvent, il y a du travail en plus parce que je dois parfois mettre certains templates dans une structure plus large pour pouvoir les utiliser pendant les entretiens de sélection. Faire passer des entretiens est aussi plus fatigant et intensif pour moi, car j’essaie de mémoriser les questions autant que possible pour que l’entretien se déroule plus facilement. Et pendant l’interview, j’essaie d’avoir un contact visuel avec le candidat et d’écouter attentivement, pour ensuite écrire pas mal de choses sur les fiches de motivation.”

Comment les candidats réagissent à son handicap? “Souvent j’explique directement aux candidats que j’ai un handicap visuel et que je dois par conséquent regarder ma feuille de plus près. ‘Ne soyez pas étonné, je suis simplement malvoyante!’ Cela n’a jamais posé de problème à quelqu’un.” Selon Evelyn, il importe de communiquer de manière aussi franche que possible sur son handicap. Les gens réagissent de manière plus détendue et ils se sentent rassurés.

“Je vois mon handicap comme un défi, un obstacle que je dois surmonter quotidiennement. Mais je dis toujours: ‘Personne d’autre ne peut te motiver, si tu n’as pas la volonté d’affronter les choses par toi-même.’ Je dois peut-être me démener davantage que mes collègues, mais j’en éprouve d’autant plus de satisfaction par la suite quand je vois que les efforts consentis en valent la peine.” Evelyn apprécie aussi énormément que d’autres viennent lui demander son avis et la traitent comme n’importe quel autre collègue. “Et s’il m’arrive de faire une bêtise, comme quand je bute contre quelqu’un ou lorsque je ne retrouve pas une personne, j’en ris, tout simplement.”

Avantages

Malgré les difficultés, Evelyn croit que son handicap présente également certains avantages. Par exemple, elle peut mettre l’accent sur d’autres choses que l’aspect extérieur. Ainsi, elle prête attention à l’intonation et sa capacité d’empathie est également fort développée. “En tant qu’expert en sélection, je peux souvent deviner ce que le candidat veut dire ou souhaite dissimuler. C’est une aptitude très appréciable que j’utilise à chaque entretien pour approfondir la discussion avec le candidat. De plus, je perçois souvent plus vite lorsque les candidats veulent me mener en bateau ou veulent se présenter sous un meilleur jour. Je me laisse aussi moins distraire par l’aspect visuel, même si je demande aux deux autres membres du jury d’y prêter plus attention. Mon but est réellement de sélectionner les personnes les plus motivées et compétentes.”

Evelyn peut compter sur la collégialité de ses collaborateurs. Ainsi, ils proposeront volontairement de l’aider lorsqu’elle doit effectuer du travail en plus sur écran lors d’une semaine surchargée. Et elle a également un partenaire qui lui assure tout son soutien. Mais selon Evelyn, cela doit aller dans les deux sens. Celui qui veut se faire aider doit également oser le demander. Elle n’a jamais eu le sentiment d’être stigmatisée, ou de devoir faire davantage ses preuves qu’un collègue.

Différentes formes d’aide

Y a-t-il au bureau des équipements supplémentaires pour l’aider dans son travail? “Via la Ligue Braille et le VDAB (service spécialisation handicap de travail), j’ai pu demander des aménagements de mon espace de travail. Ainsi, je travaille avec un grand écran, zoomtext et un clavier adapté. En outre, je dispose d’une aide optique pour pouvoir lire quelque chose au loin en rue ou dans la gare. On prête également constamment attention à l’intensité lumineuse de mon espace de travail. Par ailleurs, il existe au sein de notre SPF un service de prévention et une cellule diversité auxquels je peux toujours m’adresser en cas de problème. Et il y a aussi un ascenseur équipé d’un système de reconnaissance vocale pour savoir à quel étage je me trouve, etc.”

Il est également possible d’apporter une touche personnelle pour l’évaluation et l’optimisation de l’espace de travail. Evelyn explique que, “stimulé par la cellule diversité, un brainstorming est organisé chaque année au sein d’un groupe de travail en ce qui concerne la manière dont nous pouvons continuer à améliorer les choses au sein de notre SPF. Je fais partie de ce groupe de travail ”.

Evelyn Cnockaert

“Il faut simplement poursuivre ses rêves ”

Evelyn elle-même trouve dommage que de nombreux malvoyants diplômés choisissent de rester à la maison en se satisfaisant d’un revenu de remplacement. “C’était peut-être plus difficile par le passé, il n’y avait pas encore de service diversité et il y avait moins d’outils disponibles. Alors qu’aujourd’hui, il y a des aménagements et des outils à profusion sur le marché et la Ligue Braille accompagne les gens lorsque cela s’avère nécessaire.”

Evelyn: “Il faut simplement poursuivre ses rêves, en parler, discuter des problèmes éventuels, et ne pas partir du principe qu’on est incapable de faire quelque chose en raison d’un handicap.”

De nombreuses fonctions peuvent parfaitement être exercées par des personnes connaissant un handicap visuel. Evelyn estime que “des postes dans le secteur non marchand ou des fonctions RH s’y prêtent parfaitement”. “Les aveugles et malvoyants ont d’autres sens qui sont extrêmement développés, comme leur empathie, leurs capacités auditives, leur mémoire, leur sens du contact humain, etc. Il s’agit là d’aspects qui ne doivent pas être sous-estimés dans l’exercice d’une fonction.”

Un bon conseil

Evelyn donne le conseil suivant à la jeune génération confrontée au même handicap: “Si vous avez un rêve, continuez à y croire et cherchez comment vous pourrez le réaliser, au besoin en vous faisant aider par des experts. Surtout, ne vous laissez pas décourager par les obstacles auxquels vous serez confronté. Et si cela ne marche pas la première fois, faites une deuxième, troisième, quatrième, … tentative. Ne renoncez jamais. D’un autre côté, faites preuve de réalisme et accordez-vous suffisamment de temps en raison du handicap auquel vous êtes confronté. Vous pouvez atteindre votre objectif, même s’il vous faut plus de temps pour y arriver. Et acceptez votre handicap. Cela signifie que vous devez pouvoir en parler ouvertement et attirer l’attention sur ce qui est difficile pour vous et sur les aspects de votre travail pour lesquels vous avez besoin d’aide. Osez demander de l’aide. Vous verrez que les gens sont toujours prêts à vous donner un coup de main.”

(EH) (SJV) – Tous nos remerciements à la Ligue Braille - www.braille.be et à Evelyn Cnockaert 

Plus d'info Handicap au travail

29/09/2014