Etes-vous sujet au burn-out ?

Vous dormez mal, vous êtes irritable, vous vous sentez en insécurité, anxieux ou ruminez en permanence ? Voici les symptômes d'un éventuel burn-out. Le mieux est de les reconnaître à temps car, croyez-le ou non, mieux vaut prévenir que guérir lorsque l'on parle de burn-out.

Même s'il est parfois difficile à détecter, un certain nombre de signaux peuvent vous pousser, vous ou vos proches, à tirer la sonnette d’alarme.

Signaux d’alerte

Les individus en passe de faire un burn-out se sentent immédiatement épuisés physiquement. Cela les rend irritables, sensibles au stress ainsi qu’aux autres stimuli négatifs. Quelle est la raison fréquente de ce genre d'épuisement ? Les personnes manifestant de tels symptômes consomment leurs réserves d’énergie depuis un bon moment. La motivation et la confiance en soi diminuent, et ils décident alors d'adopter une position de repli. Les symptômes du burn-out ne sont toutefois pas uniquement mentaux. Des maladies corporelles y sont aussi associées, comme une grosse fatigue, des tensions musculaires, des douleurs au cou, des maux de tête et de dos, etc.

Etes-vous susceptible de développer un burn-out ?

Avant toute chose, il est important de garder le travail et la vie privée en équilibre. Vous êtes perfectionniste ? On vous décrit comme quelqu’un de motivé et d’ambitieux ? Vous risquez alors de faire un burn-out. Celui-ci peut naturellement atteindre des personnes différentes, dans toutes sortes d’emplois et parmi toutes les couches de la population. Cependant, les ambitieux frôlent souvent leurs limites personnelles de près et se donnent à du 300%. Vous connaissez vos limites ? Veillez à ce que votre charge de travail ne soit pas excessive, car le phénomène du burn-out ne vient pas de nulle part, c’est le produit d’une surcharge s’accumulant depuis plusieurs années.

Que faire ?

Vous remarquez que vous présentez plusieurs de ces symptômes ? Il vous est arrivé de fondre en larmes soudainement ces dernières semaines ? Vous ne parvenez plus à vous détendre ni à vous concentrer ? Il est peut-être temps d’entreprendre quelque chose et de moins vouloir en faire.

5 bons conseils

1. Faites confiance à votre intuition

Votre corps sait ce qui est bon pour vous et tentera aussi de vous le dire. Vous savez inconsciemment ce qui est le meilleur pour vous. Ecoutez votre corps et dépistez les messages qu’il vous livre.

Vous êtes à court d’énergie ? Il est alors temps de recharger vos batteries. Travailler plus n’a pas de sens, vous n’arriverez pas à en faire davantage et vos batteries se videront de plus en plus vite. Offrez-vous un peu de repos.

2. "Non" est un mot magique

Non, il n’est pas égoïste de dire non. C’est souvent salutaire. Développez un filtre pour séparer le bon grain de l’ivraie et distinguez ce qui est important pour vous. Vous n’avez pas le temps, ne vous attirez pas plus de boulot. Pour ce faire, clarifiez ce que vous pouvez encore prendre en charge. Sentez où se situent vos limites et dites-le si vous avez besoin de plus de temps. Vous pouvez aussi toujours essayer de déléguer certaines tâches.

Le mot 'non' vous effraie encore un peu ? Une formation à l’assertivité pourrait vous être d'une grande utilité.

3. Détente

Votre corps doit pouvoir dormir en suffisance. Une sieste n'est pas le remède idéal, mais cela peut parfois faire des miracles. Vous offrir du temps pour faire ce que vous aimez peut également augmenter votre confiance en vous et votre motivation. Planifiez désormais des plages qui vous sont exclusivement destinées dans votre agenda. Veillez cependant à rester souple car, si vous souhaitez absolument tout programmer, vous finirez par sombrer dans la routine et vous sentirez emprisonné par votre emploi du temps.


Mangez à des heures régulières, prenez des pauses en suffisance et n’oubliez surtout pas de stimuler votre activité physique. Une balade fournit une dose d’énergie vitale, courir une petite demi-heure ou faire du fitness sont aussi des moyens plus qu'efficaces pour tuer le stress.

4. Ne pas être trop exigeant envers soi-même

Faire de son mieux et livrer un travail achevé font du bien. Rien de mal à être quelque peu perfectionniste, mais ne sombrez pas dans l’extrême en voulant en faire de trop. Tout ne doit pas forcément être peaufiné dans les moindres détails. Sachez détecter ce qui est le plus important et ne vous perdez pas dans l’accessoire. Le perfectionnisme peut vous faire dépenser un temps bête à des choses sans importance et, en fin de compte, vous épuiser. Votre temps et votre énergie sont des denrées précieuses, utilisez-les de façon efficiente. Ne vous fixez pas des exigences inaccessibles, c’est la meilleure façon de vous auto-saboter. Tout ne doit pas être parfait, un niveau correct est souvent suffisant.

5. Oser demander de l’aide

Vous n’arrivez pas à achever votre travail et manquez toujours de temps ? Vous vous sentez mal dans votre peau ? Dites-le à vos collègues et prévenez votre supérieur. Ils sauront ainsi où vous en êtes, pourront tenir compte de vos limites et ne vous donneront pas de tâches supplémentaires.


Parler est également une bonne première étape vers la reconnaissance et l’acceptation. Vous prendrez conscience que vous ne vous sentez pas bien et que vous devriez faire quelque chose. Ouvrez votre cœur. Qui sait, cela suffira peut-être à ce que votre mental reprenne le dessus. C'est souvent de cette manière que les solutions apparaissent.


(EH) (SC) Sources : Express.be / Fitinjehoofd.be 

Plus d'info Santé , Workaholic

19/01/2015